L’ammoniac utilisé pour noircir les Oreo déclenche un scandale

 

Biscuits les plus vendus dans le monde, les Oreo sont au cœur d’un scandale environnemental aux Pays-Bas. Plus précisément, c’est l’usine de cacao de l’entreprise Olam à Koog-sur-le-Zaan qui se retrouve dans la tourmente depuis quelques jours. En cause, des révélations du journal néerlandais Noordhollands Dagbla relayées par Midi Libre affirmant que de l’ammoniac, un composé toxique, est utilisé dans un procédé industriel visant à donner aux biscuits leur couleur noire si caractéristique.

L’histoire n’est pas nouvelle. Depuis des années, des militants écologistes et des riverains se plaignent auprès de la justice de l’odeur des rejets de l’usine d’Olam causés par l’ammoniac. Jusqu’à présent, l’entreprise avait toujours expliqué que ces émissoins étaient naturellement libérées lorsque les fèves de cacao étaient traitées. Mais elle avait visiblement omis de dire que de grandes quantités d’ammoniac étaient ajoutées pour noircir artificiellement le cacao.

 

« Pas ou très peu d’ammoniac dans le produit final »

D’après le Noordhollands Dagbla, le gouvernement néerlandais était au courant, de même que l’Agence pour l’environnement des Pays-Bas. Le directeur de l’usine d’Olam, Eric Nederhand, a reconnu l’ajout d’ammoniac pour noircir les Oreo, tout en refusant de révéler les quantités utilisées. Il assure toutefois qu’il « ne reste pas ou très peu d’ammoniac dans le produit final ».

« Son utilisation est répertoriée en tant qu’additif alimentaire dans les informations techniques de chaque ingrédient », a-t-il ajouté. Le groupe Mondelez, fabricant des Oreo, souligne en effet que la mention « carbonate d’ammonium » est présente sur ses paquets de biscuits et assure que « l’utilisation de carbonate d’ammonium dans les aliments n’affecte pas la qualité ou la sécurité du produit ».

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :