Deux policiers de la brigade des Stups soupçonnés d’avoir remplacé de la cocaïne par du plâtre dans les scellés

 

Placés le 12 décembre en garde à vue, deux policiers, dont un officier, de la prestigieuse brigade des stupéfiants de la PJ (Police Judiciaire) de Paris, sont soupçonnés d’avoir remplacé de la cocaïne par du plâtre dans des scellés, a-t-on appris mardi de sources proches du dossier.

Ces interpellations ont été réalisées dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en août 2021, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information de RTL.

L’instruction porte sur des soupçons de détournement de scellés, détention, offre ou cession de stupéfiants, association de malfaiteurs ainsi que faux et usage en écriture publique.

Tour de passe-passe

Selon RTL, c’est la seconde expertise d’un scellé, ordonnée par un juge enquêtant sur un trafic de cocaïne, qui a révélé la présence de plâtre à la place et mis au jour le tour de passe-passe.

Lors des résultats de cette deuxième analyse , il a découvert que le produit avait été remplacé. On ignore encore la quantité de cocaïne qui aurait été récupérée. Les enquêteurs de l’IGPN, la police des polices, devront aussi tenter de savoir si les policiers ont eux-mêmes revendu la poudre blanche.

La célèbre brigade parisienne avait été secouée par un retentissant scandale en 2014 avec le vol de près de 50 kilos de cocaïne dans ses scellés. Son auteur, l’ancien policier Jonathan Guyot, avait été condamné en 2017 à 10 ans de prison ferme, la peine maximale.

S’il a toujours nié son implication, il n’a cependant pas fait appel, et la marchandise, estimée à 2 millions d’euros, n’a jamais été retrouvée.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :