Coupures de courant: l’enseigne nordiste Castorama double ses ventes de groupes électrogènes

 

Avec la peur de plus en plus palpable des coupures de courant, les clients se sont rués chez l’enseigne originaire du Nord Castorama pour acheter des groupes électrogènes. Cela a fait exploser les ventes, à tel point que celles-ci ont plus que doublé ces derniers mois.

La vente de groupes électrogènes, amorcée au début de l’été dernier, a explosé ces dernières semaines. C’est le constat qu’a fait l’enseigne nordiste Castorama. Les Français redoutent les coupures d’électricité annoncées par le gouvernement.

« Cette tendance à la hausse est encore plus forte depuis fin novembre »

Face à l’explosion des ventes de groupes électrogènes, Castorama a remarqué que ceux-ci étaient « fortement demandés par les particuliers, et non plus seulement par les professionnels », rapporte France 3 Hauts-de-France. « Au cours des quatre derniers mois, nous avons multiplié par 2,5 le nombre de groupes électrogènes vendus au niveau national. Cette tendance à la hausse est encore plus forte depuis fin novembre », a ajouté l’enseigne auprès nos confrères.

Les clients préfèrent assurer leurs arrières, face à l’insécurité grandissante de l’approvisionnement électrique cet hiver. Et afin d’éviter toute rupture de stocks, l’enseigne dont le siège est basé à Templemars, indique avoir fait un « travail d’anticipation ». Elle précise qu’un suivi rigoureux de « l’évolution des stocks » et le fait d’avoir noué des partenariats lui ont permis de « répondre à la demande ».

Attention aux intoxications au monoxyde de carbone

De leur côté, les autorités sanitaires françaises mettent an garde les particuliers qui se seraient équipés d’un groupe électrogène, quant à la bonne utilisation de celui-ci. Car depuis le mois de septembre, « plus de 70 personnes ont été intoxiquées après avoir voulu chauffer leur logement avec des appareils non prévus pour cet usage », pointe l’Anses, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. D’ailleurs sur ces 70 personnes, la moitié ont fini à l’hôpital.

Ces personnes ont en effet été intoxiquées au monoxyde de carbone, dont les premiers signes peuvent être des maux de tête, de la fatigue, des vertiges, des nausées ou vomissements, une intoxication grave pouvant quant à elle conduire au décès. En cas d’intoxication au monoxyde de carbone, il est important d’aérer son logement et de quitter les lieux, sans oublier d’alerter les secours.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :