N’ayant pas les moyens d’offrir des cadeaux à ses enfants elle leur dit que le Père Noël n’existe pas

Rachel, maman de quatre enfants, sera peut-être obligée d’anéantir les rêves de ses enfants après avoir réalisé qu’elle ne pourrait pas leur offrir de cadeaux cette année.

Pour cela, elle devra leur révéler que le Père Noël n’existe pas…

Cette famille ne passera certainement pas un Noël joyeux…

Rachel, 30 ans, maman de quatre enfants de moins de dix ans, partageant régulièrement ses histoires de maternité sur TikTok, a confié une histoire déprimante à ses abonnés.

Maintenir l’esprit des fêtes

Rachel, dont les difficultés financières sont devenues croissantes, s’est donné un ultimatum : réduire ses dépenses lors des courses alimentaires ou payer ses factures de façon aléatoire.

La maman de quatre enfants a véritablement du mal à joindre les deux bouts.

Sur TikTok, Rachel est venue demander aux autres parents comment ils arrivaient à maintenir l’esprit des fêtes alors que le coût de la vie avait considérablement augmenté.

Surtout en décembre, lorsque tous les cadeaux sont à acheter.

Des dépenses trop lourdes

« Je veux juste rendre mes enfants heureux » implorait Rachel.

« Je ne veux pas qu’ils se sentent gênés et, en tant que parent, vous feriez n’importe quoi » ajoutait-elle.

Se rendant « malade physiquement » à cause de ses ennuis de trésorerie, Rachel indiquait qu’une de ses filles fêtait également son anniversaire peu de temps avant Noël.

« Je fais essentiellement des achats de Noël pour quatre, et des achats d’anniversaire, ce qui me donne l’impression d’acheter pour cinq enfants » glissait-elle.

Une bataille impossible

Pour favoriser leurs enfants, Rachel et son époux ont cessé de s’offrir des cadeaux.

« Tout va aux enfants » admettait-elle.

« Nous menons une bataille impossible » déclarait-elle, abattue.

« Que dois-je faire lorsque les enfants grandissent et veulent des vêtements comme leurs amis ? » demandait-elle.

Rachel, souvent critiquée par des abonnés la jugeant « paresseuse » et l’invitant à « chercher un emploi », se justifiait en indiquant que le coût de la garde d’enfants serait trop élevé pour cette famille déjà en difficulté.

Des frais de garde excessifs

« Si j’avais de la famille pour m’aider, je retournerais travailler » notait-elle.

« Les gens pensent que je suis allongée toute la journée, mais j’ai été une mère qui travaille et maintenant je suis une mère au foyer et j’ai l’impression de faire le travail de dix personnes » complétait-elle.

Autrefois directrice pour Samsung où elle gagnait suffisamment d’argent pour la famille, Rachel a démissionné lorsqu’elle a eu son deuxième enfant constant que les frais de garde étaient excessifs pour deux.

Rachel s’est même aperçue qu’avec son salaire, elle aurait moins de 100 euros par mois pour vivre une fois ceux-ci et les frais de scolarité réglés.

Tenter de survivre

« Je pourrais travailler 50 heures par semaine et avoir la chance d’avoir 60 euros par mois ou je pourrais rester à la maison, être celle qui élève mes enfants plutôt qu’une autre personne tout en étant dans la même situation financière » constatait-elle.

« Aucune personne sensée ne travaillerait 50 heures par semaine pour rien » poursuivait-elle. Son plus jeune enfant ayant 19 mois, Rachel se sent « piégée », vu qu’il est pas assez âgé pour être scolarisé.

« Nous élevons quatre enfants avec l’argent disponible pour en élever deux » déclarait-elle au sujet des allocations qu’elle perçoit pour ses enfants.

Elle l’affirme, la petite famille ne fait que survivre.

Des grossesses sous contraceptif

Un des enfants de la famille est issu d’un mariage précédent de son époux.

Un second d’une précédente union de Rachel.

Les deux plus jeunes sont les enfants du couple.

Rachel était d’ailleurs sous contraceptif à chacune de ses grossesses.

« Ce n’est pas l’affaire de ma contraception » s’énervait-elle.

« Je déteste l’idée que les gens me disent que je n’aurais pas dû avoir des enfants si je ne peux pas me le permettre » affirmait-elle.

« Je n’ai pas l’impression que nous sommes faits pour survivre et n’avoir aucun plaisir.

Je devrais pouvoir acheter des vêtements à mes enfants sans stresser » s’agaçait-elle.

Des critiques fréquentes

Fréquemment, sous ses vidéos, les commentaires critiquant Rachel pour avoir eu « tant d’enfants » s’accumulent.

Certains vont même jusqu’à lui suggérer de « travailler de nuit ».

« Les gens proposent des solutions sans se demander si c’est possible » expliquait-elle.

Selon Rachel, personne ne peut comprendre sa situation.

« Si les gens vivaient ma vie, j’aimerais qu’ils me disent où trouver un emploi ! » lançait-elle.

Un miracle de Noël

Pour économiser de l’argent, le couple tente toutes les astuces, vendant leurs téléphones, achetant des aliments plus économiques, mais rien n’y fait.

« Je vais aussi dans des magasins caritatifs, je regarde sur Facebook Marketplace » détaillait-elle.

« Cela peut vous faire honte lorsque vous prenez quelque chose gratuitement.

C’est presque comme mendier, mais les enjeux deviennent de plus en plus élevés » clamait-elle.

A l’approche des fêtes de Noël, Rachel se sent désemparée, ressentant, plus que jamais, les difficultés financières.

Elle l’affirme, il lui faudrait un miracle de Noël. « Je sais que je ne suis pas la seule dans cette situation et qu’il y a des gens qui sont dans des positions encore pire, mais je ne souhaiterais pas cela à mon pire ennemi » concluait-elle.

Source

Publié le
Catégorisé comme Divers
%d blogueurs aiment cette page :