Violences faites aux femmes : les généralistes encouragés à questionner leurs patientes

À l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, prévue vendredi, la Haute Autorité de santé (HAS) dévoile une fiche pratique destinée à encourager les médecins généralistes à questionner leurs patientes sur d’éventuelles violences conjugales qu’elles subiraient. « L’enjeu est de normaliser le sujet chez les professionnels de premier recours, au bénéfice d’une prise en charge plus précoce des femmes victimes de violences et de leur protection », écrit la HAS dans son communiqué. Cette fiche pratique a été élaborée après avoir été expérimentée auprès de 1 153 médecins généralistes volontaires, en s’appuyant des chiffres édifiants de l’institut BVA : « Seules 3 % des femmes ayant consulté un médecin généraliste au cours des 18 derniers mois se rappellent avoir été interrogées sur ce sujet ». « Les premiers professionnels auxquels s’adressent les femmes victimes de violences » « Ce rôle est d’autant plus important que les médecins, par la relation de confiance qu’ils entretiennent avec leurs patientes, sont bien souvent les premiers professionnels auxquels s’adressent les femmes victimes de violences. », explique la HAS dans son communiqué. VIDEO. Paris : des milliers de manifestants dénoncent l’impunité face aux violences sexistes et sexuelles « Pourquoi dépister ? Quand et comment dépister ? Que faire en cas de violences ?

Le médecin généraliste trouvera les réponses à ces questions sur ce document d’une page. À travers des rappels sur le bien-fondé du dépistage, des conseils pratiques sur la façon d’aborder le sujet avec la patiente et des coordonnées et ressources utiles, l’outil vise à donner aux médecins les clés pour repérer les victimes de violences », affirme encore la HAS.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

 

%d blogueurs aiment cette page :