CAF : trahie par ses publications sur Facebook, elle doit rembourser 25 000 euros

Trahie par ses publications sur Facebook, elle devra rembourser 25 000 € à la Caf

C’est à peine croyable. Une femme de 50 ans avait fait de fausses déclarations auprès de la Caisse d’allocations familiales (Caf) pendant des années, avant de se faire rattraper par la patrouille.

 

 

Cette mère célibataire de 50 ans étalait sa vie privée sur Facebook, et fournissait sans le savoir des preuves pour la Caisse d’allocations familiales.

C’est à peine croyable. Une femme de 50 ans avait fait de fausses déclarations auprès de la Caisse d’allocations familiales (Caf) pendant des années, avant de se faire rattraper par la patrouille.

Son arnaque s’est déroulée entre 2014 et 2018. Cette habitante de la commune d’Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence), avait bénéficié de plusieurs prestations sociales, déclarant être une mère célibataire isolée. Pendant cette période de 4 ans, la quinquagénaire a perçu pas moins de 25.000 euros !

 

Mais comment la CAF a-t-elle découvert la supercherie ? C’est tout simplement en enquêtant et en consultant son compte Facebook que la Caf des Alpes-de-Haute-Provence a découvert le pot-aux-roses. Pas du tout célibataire, la femme vivait en couple avec un homme de 45 ans. Toute sa vie sociale et conjugale était disponible aux yeux de tous sur les réseaux sociaux !

La CAF a seulement eu à parcourir ses son fil d’actualité et ses photos pour se rendre compte qu’elle n’était pas ce qu’elle disait.
Fraude à la CAF : les réseaux sociaux sont une preuve

Mise en examen pour avoir fait de fausses déclarations à la Caisse d’allocations familiales, la femme a reconnu devant le tribunal avoir menti. Son compagnon a également avoué avoir été complice de cette arnaque aux prestations sociales.

Leur justification ? Une précarité financière, certes avérée. Le couple ne roulait pas sur l’or. A l’issu de leur procès, la femme a été condamnée à 1500€ d’amende, tout comme son compagnon.

Mais ce n’est pas tout. Le couple doit également rembourser les 25.122€ qui leur avait été versé à tort ! En mai 2020, ces derniers devaient connaître le montant des dommages et intérêts qu’ils devaient verser à l’organisme, mais le verdict n’a pas encore eu lieu.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :