Maltraitance : « Nous n’avions jamais reçu autant d’appels » pour témoigner de violences sur les enfants, déclare la présidente de l’Enfant Bleu

« Nous n’avions jamais reçu autant d’appels » pour témoigner de violences sur les enfants, déclare Isabelle Debré, présidente de l’Enfant Bleu, qui agit depuis près de 30 ans auprès des enfants victimes de maltraitances.

L’association qui publie un nouveau sondage (Harris Interactive) vendredi 18 novembre, note une augmentation sans précédent des appels de victimes ou pour témoigner de maltraitances sur des enfants : + 45% d’appels en 2022 par rapport à 2019, avant la crise sanitaire. Ce sondage est publié à l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, ce samedi 20 novembre. En 2019, 3 939 ont été reçus, 5 943 (+50% vs 2019) en 2020, 5 834 en 2021 et 5 712 en 2022.

>> Griffures, bosses, bleus… Neuf familles portent plainte pour maltraitance sur leurs enfants polyhandicapés

Il s’agit selon l’Enfant Bleu d’un « mouvement de libération de la parole sans pareil qui oblige à une prise en charge de plus grande ampleur en France ». Elle « appelle les pouvoirs publics à prendre en compte cette libéralisation de la parole avec des engagements forts contre les violences faites aux enfants ».

 

« Le silence reste de mise »

Depuis 2014, L’Enfant Bleu observe une augmentation de 10 points des personnes sondées qui reconnaissent avoir subi des maltraitances physiques ou psychologiques pendant leur enfance, pour atteindre 24% en 2022. L’association, toujours selon son sondage, rappelle que dans la majorité des cas, « le silence reste de mise : 5% seulement indiquent avoir dénoncé ces maltraitances à l’époque des faits », soit une augmentation de six points par rapport à 2017.

Malgré la libération de la parole ces dernières années, notamment avec la vague #MeToo, le sujet demeure tabou pour 73% des sondés. Les personnes interrogées sont 31% à « avoir soupçonné au moins un cas de maltraitance à l’œuvre envers un enfant au cours des dernières années dans leur entourage. Parmis eux, 86% (+7 points) déclarent être intervenus pour faire part de leurs soupçons », soit auprès des adultes ou directement en parlant aux enfants victimes.

Les maltraitances sexuelles représentent 55% des dossiers (en 2021) de L’Enfant Bleu, « soit plus de 11 points par rapport à 2019 et 30 points par rapport à 2014 », s’alarme Isabelle Debré.

L’enquête commandée par l’association L’Enfant Bleu et réalisée par l’institut Harris Interactive, a été menée sur internet du 4 au 7 novembre 2022 auprès d’un échantillon de 1 064 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :