Dr Christian Recchia : « C’est le premier signe de la maladie de Parkinson, ne le négligez pas »

La maladie de Parkinson représente une cause majeure de handicap chez le sujet âgé.

Les premiers symptômes sont parfois difficiles à identifier.

Plus de 167 000 personnes sont atteintes par la maladie de Parkinson en France, environ 25 000 nouveaux diagnostics sont posés chaque année.

Après la maladie d’Alzheimer, Parkinson représente la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente dans le pays.

Rare avant 45 ans, elle augmente chez les personnes plus âgées avec un pic de survenue entre 85 et 89 ans.

Le nombre de malades a plus que doublé en France entre 1990 et 2015, un phénomène lié au vieillissement de la population et qui devrait donc s’accroître encore dans les prochaines années.

Comme l’explique l’Inserm, la maladie de Parkinson résulte d’une dégénérescence progressive des neurones à dopamine au niveau cérébral. Il s’agit d’une maladie chronique dont l’évolution est lente et progressive.

« La phase préclinique de la maladie, avant l’apparition des premiers symptômes, dure probablement plusieurs années.

Pendant cette période, le cerveau compense la baisse de dopamine par des processus de plasticité, permettant un fonctionnement cérébral normal », détaille l’Inserm.

Généralement, les premiers symptômes de la maladie apparaissent quand 50 à 70% des neurones à dopamine sont détruits.

Trois symptômes moteurs
Quels sont les symptômes ? La maladie de Parkinson se manifeste le plus souvent par trois symptômes moteurs spécifiques.

Le premier est l’akinésie, il s’agit d’une difficulté d’initiation du mouvement accompagnée d’une lenteur du mouvement et/ou d’une hypokinésie (pauvreté du mouvement).

« Elle se caractérise par des difficultés dans les mouvements fins, une écriture plus petite (micrographie), une marche lente et hésitante ou des difficultés à se retourner dans son lit », explique l’Inserm.

De son côté, le docteur Christian Recchia le qualifie, au micro de Yahoo, « d’intense fatigue musculaire, même le matin au réveil ».

De plus, cette maladie se manifeste par deux autres symptômes moteurs qui sont une rigidité des membres et le tremblement. Les tremblements n’étant « pas toujours présents », selon le Dr Recchia.

D’autres symptômes non moteurs sont aussi présents chez les patients atteints par la maladie de Parkinson : des troubles de sommeil, une perte d’odorat, des troubles cognitifs, des troubles de l’équilibre, douleurs. De plus, la maladie peut se manifester par une constipation, des mictions urgentes, etc.

« Chez certains patients, des troubles du comportement en sommeil paradoxal (mouvements brusques voire violents accompagnant les rêves) ou des troubles digestifs apparaissent plusieurs années avant l’atteinte motrice », met en garde l’Inserm.

Source
Crédit photo : capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :