😮 Les scientifiques mettent au point un test pour prédire la date de votre mort

Si ce test venait à être adopté par les médecins du monde entier, il pourrait totalement changer la face du monde.

Imaginez qu’un test fiable vous annonce qu’il ne vous reste plus que 2 ans à vivre.

Certains seraient prêts à tout, dépenseraient leur argent, feraient un tour de monde, se marieraient, divorceraient, arrêteraient de travailler,… Bref, nous ferions tout plus intensément sans nous soucier des conséquences.

Nous ne sommes pas encore-là, mais des scientifiques allemands ont réussi à mettre au point un test sanguin qui permet de savoir si une personne peut mourir dans les 10 ans.

Regardez la vidéo pour comprendre comment fonctionne ce test.

Un test sanguin permet de savoir combien de temps il vous reste à vivre
Plus de 44 000 volontaires ont accepté de faire ce test sanguin, dont les analyses qui en découlent, auront très certainement des répercussions sur la vie de ceux qui ont été testés.

En analysant 14 indicateurs présents dans le sang et en corrélant les résultats, les scientifiques ont réussi à prédire correctement l’espérance de vie de 86% des personnes analysées.

Le sang des dizaines de milliers de volontaire, de 18 à 109 ans, a été récolté et analysé par le Max Planck Institute, dont les résultats ont été publiés dans le journal Nature Communications.

Il s’agit du test de longévité le plus fiable à l’heure actuelle.

En plus de l’analyse du sang, les résultats sont corrélés avec des indices plus classiques comme l’IMC, la tension ou si la personne fume, boit, est malade, etc.

Dans la catégorie des gens dont on avait prédit la mort dans les 2 à 16 ans à venir, 86% de ces gens sont bien mort dans ce laps de temps.

La marge d’erreur est donc de 14%, ce qui est bien plus fiable que tous les autres tests médicaux actuels qui prédisent la mortalité avec un taux de fiabilité moyen de 79%.

À l’heure actuelle, il est déjà possible de prédire la mort dans l’année, avec beaucoup de précision, étant donné que si une personne reçoit ce diagnostic, c’est qu’elle est gravement malade.

Jamais encore une étude n’avait permis de déterminer la mort dans les 10 à venir avec autant de précision.

Cette étude n’a été menée qu’auprès de personnes ayant des ancêtres européens.

« Il se pourrait que cela ne s’applique pas à des personnes appartenant à d’autres groupes ethniques », fait remarquer le docteur Amanda Heslegrave, chercheuse à l’Institut de la démence du University College de Londres.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :