Le Saviez-vous : quand a été inventé le café gourmand ?

Qui ne s’est jamais posé une question à laquelle il n’a pas trouvé de réponse ? Nous sommes là pour vous éclairer sur des sujets en tous genres. Chaque jour, le TDN vous propose une nouvelle connaissance insolite que vous ignoriez sûrement. Des anecdotes dont vous pourrez vous vanter lors de votre prochain repas en famille ou d’une soirée entre amis, surtout s’il y a des amateurs de desserts !

Aujourd’hui, nous nous intéressons à un des desserts fétiches des Français : le café gourmand. Il s’est parfaitement intégré à nos menus alors qu’il y a eu une époque où il n’existait pas, et c’était il n’y pas si longtemps que ça. Véritable plaisir des petits gloutons de fin de repas, découvrez l’invention de ce délicieux dessert.

Le café au dessert : un nouveau concept
Quel moment pourrait être plus doux que le dessert ? Une note sucrée pour terminer le repas en beauté, une délicieuse habitude que les Français adorent. Cependant, il n’est pas toujours possible de s’éterniser pour la sucrerie de midi. Alors, deux hommes d’affaires ont décidé de fusionner le café et le dessert en une seule étape. Monsieur François Boutboul, directeur et fondateur d’une société de conseil en restauration et Hervé Gourlaouen de La Criée, ont révolutionné le repas français.

« A l’époque on était dans l’un de nos restaurants, mais on était pressé et on voulait juste grignoter. Alors on a pris le brownie, on l’a coupé en 4 et je me suis dit tiens, c’est ça qu’on doit proposer. »

Servi avec un minimum de trois mignardises, mais pouvant aller jusqu’à cinq mini-desserts, le premier café gourmand est proposé à Paris en 1990. Le succès est immédiat et les restaurateurs sont aussi séduits que les clients. Véritable gain de temps pour ceux qui déjeunent rapidement, il est également moins effrayant pour le compteur de calories. Il se décline peu de temps après sa création en thé gourmand, pour ceux qui sont dans la Team thé.

« C’est encore plus gourmand qu’un seul dessert. Le mélange d’amertume du café et de sucré des gourmandises est incroyable et ça permet de partager ».

Un café industriel
Bien loin du dessert fait maison, la plupart des cafés gourmands proposés par les restaurateurs sont composés de produits industriels. En effet, les mignardises qui accompagnent la boisson chaude sont issues d’usines de dessert individuel. Selon des chiffres datant de 2019, 80% des cafés gourmands proposés par les restaurants de l’hexagone comportent des produits fabriqués de manière industrielle.

Fondant au chocolat, crème brûlée, île flottante ou panna cotta, les desserts qui accompagnent votre expresso ne sont pas préparés par le cuistot. Réchauffés rapidement au micro-ondes, ces entremets sont très bénéfiques pour les enseignes. Rentables et rapides, les restaurants ont tout à y gagner. Un des créateurs de ce concept de dessert ne cache pas l’objectif lucratif derrière cette idée.

« Entre la crise économique et le temps de plus en plus court accordé aux repas, les clients prenaient moins de pâtisseries. Le café gourmand contribue à augmenter le chiffre d’affaires du restaurateur, et sa rentabilité aussi. »

Benoit Boutboul, fondateur de la société de conseils en restauration GIRA pour Capital

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :