Céline Dion: des révélations glaçantes sur son passé viennent de fuiter

Jovial, bienveillant et sympathique, René Angélil dirigeait cependant la carrière de la chanteuse Céline Dion d’une main de fer.

Derrière cette voix calme et posée se cache une tout autre facette de la personnalité de René Angélil. Dans les colonnes du magazine Gala, des extraits du livre Céline Dion, la vraie histoire de Laurence Pieau et Hervé Tropéa ont été publiés. Il faut bien l’avouer, les auteurs de l’ouvrage dressent un portrait peu reluisant du producteur canadien.

Laurence Pieau et Hervé Tropéa ont en effet recueilli les témoignages de nombreux proches et d’anciens collaborateurs du couple. Au premier abord, le mari et manager de la star québécoise était un homme accueillant et chaleureux.

Pourtant, il était souvent difficile de travailler avec lui. Des révélations troublantes continuent à faire surface.

René Angélil s’attribuait tous les mérites
La disparition de son mari et père de ses trois enfants (René, Eddy, Nelson), le 14 janvier 2016, a laissé un grand vide dans la vie de Céline Dion.

Malgré une différence d’âge de 26 ans, ils ont prouvé que leur relation était plus solide et sérieuse que jamais.

Le couple est toujours resté soudé face aux vagues de critiques.

Confident, amant puis époux, René Angélil était fier de faire briller Céline Dion.

Certains seraient même tentés de dire que la diva canadienne a eu de la chance d’avoir croisé le chemin du producteur.

La réalité n’est cependant pas toujours aussi simple.

Vito Luprano, l’ex-producteur exécutif de la star a fait quelques confidences à ce sujet.

Sous ses airs de producteur bienveillant, René Angélil cachait une facette de sa personnalité bien plus sombre.

À en croire les propos de Vito Luprano, il voulait s’attribuer tous les mérites lorsque les choix de l’équipe de la chanteuse étaient payants.

« Il voulait en permanence que Céline croie que tout venait de lui », ajoute-t-il.

Toujours dans les pages du magazine Gala, l’ancien producteur exécutif a confié qu’il était à l’origine de ces décisions prises pour la carrière de Céline Dion.

« Si René avait fait les choses à sa manière, il y a beaucoup de choix qui auraient vraiment été mauvais pour elle », fait-il savoir.

Tout porte à croire que Vito Luprano garde un souvenir amer de cette collaboration.

Jean-Jacques Goldman et Céline Dion font leur retour sur le devant de la scène !

Céline Dion se pliait aux exigences de son mari manager
Propulsée au rang de star planétaire, l’interprète de The Power of Love s’adaptait la plupart du temps aux propositions de son mari et manager. À Éric Bureau de révéler dans le podcast, Céline Dion : récit d’une renaissance, rapporté par le Parisien en 2019 :

« C’est René qui lui disait : ‘Tu vas faire un album en anglais, puis, tu vas faire un album avec Goldman, puis, tu vas en faire un autre avec Plamondon’. C’est lui qui a insisté pour qu’elle chante le titre du film Titanic »

Tout laisse à penser que René Angélil tenait à soigner son image publique. Seulement, les langues commencent à se délier depuis sa disparition. Il faut croire que ses proches et ses anciens collaborateurs craignaient de provoquer sa colère. Hervé Tropéa a notamment confié dans les extraits du livre Céline Dion, la vraie histoire :

« Je ne connaissais que l’image publique de René Angélil, celle d’une sorte d’ourson qu’on a envie de serrer dans ses bras (…) nous avons découvert un homme avec ses parts d’ombre et de lumière, qui essayait en permanence de tirer la couverture à lui. Avec, finalement, un rôle pas si important que ça dans la création du personnage Céline Dion »

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :