Ce piège marketing utilisé par les enseignes est-il vraiment légal ?

 

En pleine période d’inflation, les grandes surfaces mais aussi les marques sont parfois créatives pour afficher des promotions qui ne sont pas aussi avantageuses que cela pour le consommateur. Quel est ce piège marketing fréquemment utilisé ? Est-il vraiment légal ?

 

Nous vivons une période compliquée en ce moment en tant que consommateur. Inflation galopante et pénurie de produits font partie de notre quotidien. Nos courses nous coûtent de plus en plus cher et ce n’est pas une impression. En effet, selon les sources fiables de l’Insee, la hausse sur les produits alimentaires a été de +11,8% entre octobre 2021 et octobre 2022.

 

Pièges marketing : soyez malin

Si la grande distribution a baissé ses marges sur bon nombre de produits pour limiter les dégâts, il existe en parallèle certains pièges marketing qui peuvent nous tromper en tant que consommateur. Certains pièges sont du fait des marques, d’autres de la distribution.
La réduflation ou shrinkflation

C’est l’un des pièges pour nous les consommateurs et il est plutôt du fait des marques. Il s’agit de vendre un produit au même prix en diminuant son poids, sa quantité ou son volume. On met un peu moins de chocolats dans une même boîte, moins de boisson dans une bouteille, moins de chips dans un sachet, etc. Le prix du produit n’augmente pas, la quantité indiquée sur l’emballage change mais la plupart du temps le consommateur ne se rend compte de rien, ce qui veut dire qu’il paie plus cher son produit, sans le savoir.

Et oui, moins de produits dans un emballage + prix identique = prix au kilo qui augmente.

C’est pourquoi il faut vraiment éviter de comparer les prix des produits mais de regarder les prix au kilo, au litre ou à l’unité. Cette dernière information obligatoire par une loi ne ment jamais mais elle oblige à une certaine gymnastique.

 

Est-ce légal ?

Dans les faits oui puisque le prix au kilo est bien modifié sur les étiquettes. Le seul problème est que nous pouvons nous faire avoir si nous ne sommes pas vigilants. Le gouvernement s’est d’ailleurs engagé à enquêter sur cette pratique de la réduflation, suite à l’alerte donnée par l’ONG Foodwatch France. La ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, Olivia Grégoire, a demandé le vendredi 2 septembre 2022 le lancement d’une enquête menée par la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF).

 

Les packs familiaux ou lots

C’est le second piège cette fois à l’initiative de certaines grandes surfaces. Vous pensez faire une super affaire en achetant par lot ou dans un package xxl mais finalement, ce n’est pas le cas.

C’est ce qu’a remarqué un consommateur avec un pack de lait : les bouteilles de lait sont vendues 9€ dans un pack de 10 bouteilles (soit 90 centimes la bouteille) lorsqu’elles sont vendues à 73 centimes lorsqu’on les achète à l’unité, dans un même hypermarché Carrefour (source : cet article de Libération).

Ce n’est pas la première fois que les consommateurs ou les associations de consommateurs remarquent cela, même si, dans le cas cité, Carrefour répond que c’est une erreur, depuis modifiée.

 

Est-ce légal ?

Les journalistes de Libération se sont penchés sur le problème et c’est plus compliqué que cela. Les grandes surfaces sont soumises à la loi du prix libre, ils peuvent donc vendre un produit plus cher en lot qu’à l’unité. En revanche, la répression des fraudes spécifie que «la pratique visant à faire croire à l’existence d’une promotion non avérée est susceptible d’être qualifiée de pratique commerciale trompeuse», et peut donc être punie d’un emprisonnement de deux ans et d’une amende de 300 000 euros.

En conclusion, n’oubliez jamais de bien comparer les prix au kilo ou au litre des produits pour comparer ce qui est comparable et (re)lire notre article : Enfin de vraies astuces pour économiser sur vos courses.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :