Trafic de cannabis: un réseau de « jardiniers » d’origine vietnamienne démantelé en France

Un vaste réseau de trafic de drogue, avec des « jardiniers » d’origine vietnamienne qui cultivaient du cannabis dans une ferme indoor en Ile-de-France, a été démantelé la semaine dernière, a appris l’AFP de source policière.

Au total 13 personnes ont été arrêtées, pour aide à l’entrée, au séjour et à la circulation irréguliers et trafic de stupéfiants notamment.

Parmi elles, la tête du réseau, un homme de 35 ans, qui avait investi dans « tout un tas de business légaux ou illégaux », a détaillé à l’AFP, Jean Arvieu, adjoint au chef de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers (OCRIEST), chargé de l’enquête, ouverte en novembre 2021 par le parquet de Créteil.

Cet homme assez « flambeur », qui habitait à Paris, exportait aussi des drogues de synthèse vers le Vietnam. Il avait au départ monté une ferme de culture indoor de cannabis à Alicante en Espagne. « Pour des raisons économiques », il a décidé de la rapatrier en France.

Objectif: brancher l’installation sur le réseau électrique plutôt que sur un groupe électrogène comme c’était le cas en Espagne, un système qui « n’était plus rentable », en raison de la hausse des prix des carburants, a détaillé le commissaire Arvieu.

Vidéo associée: Une ferme clandestine de cannabis découverte en Seine-et-Marne

Début juin, le trafiquant parvient à trouver un hangar dans une zone industrielle de Seine-et-Marne qu’il loue avec un prête-nom. 1.200 plants « prêts à être récoltés » y ont été découverts lors de la perquisition.

Autres figures du réseau interpellées: deux femmes.

L’une, présentée comme la « banquière », s’occupait de la partie blanchiment d’argent. 430.000 euros de maroquinerie de luxe qu’elle exportait au Vietnam ont été découverts chez elle en perquisition. L’autre, était la compagne de l’organisateur du réseau.

Elle gérait une onglerie ce qui lui permettait aussi de blanchir de l’argent.

Deux associés du chef du réseau et plusieurs hommes, appelés les « jardiniers » et venus clandestinement en France, via l’Espagne ou la République Tchèque, ont aussi été interpellés.

Ces derniers avaient été recrutés pour cultiver les plants, ce qui leur permettait de rembourser l’argent emprunté pour venir en Europe, a encore dit M. Arvieu.

Au total, 200.000 euros ont été saisis sur les comptes bancaires de l’ensemble des protagonistes. Des véhicules de luxe, plus de 4 kilos de MDMA et 1,2 kilo de kétamine ont également été saisis.

Après avoir été présentés au juge d’instruction, sept membres du réseau ont été placés en détention provisoire et trois sous contrôle judiciaire.

Source
Crédit photo : capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :