Eure: un couple viole sa chienne et filme les scènes

 

Trois personnes comparaissent ce vendredi devant le tribunal correctionnel d’Evreux pour une affaire de viol sur une chienne de 3 ans.

 

Sept mois de calvaire. Ce vendredi, trois personnes comparaissent devant le tribunal de correctionnel d’Evreux dans une affaire de viol sur « Mya », une chienne âgée de trois ans, rapporte l’association Stéphane Lamart « Pour la défense des droits des animaux ».

Dans cette sordide affaire de « vidéos pornographiques et zoopornographiques », chacun avait son rôle. L’homme violait la chienne. Sa femme filmait la scène. La troisième personne, complice du couple, regardait les vidéos du calvaire qu’a vécu Mya pendant près de sept mois. « Du 1er décembre 2018 au 14 juin 2019 », rapporte l’association.

Des atrocités confinées dans un glauque huis clos avant le 14 juin 2019. Ce jour là, le couple se présente à la gendarmerie de Verneuil d’Avre et d’Iton pour déposer plainte. Un homme les menacerait de mort. Au fil des auditions, le couple se confie aux gendarmes, et s’étalle sur ses activités et l’origine du différend.

Pendant son audition, la femme « expliquait qu’elle faisait des vidéos où son mari avait des relations sexuelles avec leur chienne ‘Mya’, une Dogue des Canaries âgées de 3 ans. »

 

20 vidéos de zoophilie découvertes dans le portable

Les gendarmes comprennent que « le couple libertin faisait des vidéos pornographiques et zoopornographiques qui étaient envoyées à un individu avec qui la femme avait une liaison », détaille l’association dans son communiqué de presse. C’est en souhaitant mettre un terme à cette relation que la femme aurait reçu des menaces de mort.

Dans son téléphone, les gendarmes découvrent 20 vidéos de zoophilie, poursuit l’association. Des « vidéos sordides » dans lesquelles « la femme filmait les scènes et donnait les consignes », allant parfois jusqu’à aider son mari. Sur ces images, la chienne « avait la queue relevée scotchée à son dos et les pattes arrières attachées avec des menottes », affirme l’association.

 

Un chien malade lors de sa prise en charge

Le samedi 15 octobre, la chienne est saisie sur décision du procureur de la République. Elle est recueillie au Refuge des Orphelins de l’association Stéphane LAMART, à Aunay-sur-Odon dans le Calvados. D’après le diagnostic vétérinaire, Mya est « anormalement maigre ». Elle boitait et avait la queue tordue lors de sa prise en charge, rapporte l’association qui s’est portée partie civile.

Aujourd’hui, Mya coule des jours heureux, après des mois d’horreur. Elle a été mise à l’abri dans une famille d’accueil, conclut l’association.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :