Des éléphants orphelins courent pour embrasser l’ange qui les a élevés après avoir perdu leurs parents.

 

Daphne Sheldrick a consacré sa vie à sauver des éléphants orphelins, qui l’ont aimée en retour

 

Il y a beaucoup de bonnes personnes qui accueillent des animaux de secours. Lorsque vous êtes à la recherche d’un nouvel animal de compagnie, il n’y a rien de mieux que de donner un bon foyer à un chien errant ou à un chaton orphelin qui a besoin de votre aide.

Mais qu’en est-il des éléphants ? Il va sans dire qu’il est plus difficile de s’occuper d’eux, mais en raison du commerce de l’ivoire qui laisse tant de jeunes éléphants sans mère, ils ont besoin d’aide pour survivre.

 

Heureusement, une femme a consacré sa vie à s’occuper de ces jeunes éléphants, leur prodiguant les soins d’une mère et contribuant à leur réinsertion dans la nature.

Dame Daphne Sheldrick est née en 1934 au Kenya, qui faisait alors partie de l’Empire britannique, et savait qu’elle voulait travailler avec les animaux depuis qu’elle avait rendu visite à son père dans le camp de protection de la nature où il était affecté.

 

Dès sa jeunesse, Daphne a commencé à s’occuper d’animaux orphelins.

Dès que j’ai vu l’emplacement du camp, j’ai pensé : « C’est comme ça que j’aimerais vivre, ici, parmi les animaux, sous le ciel », a-t-elle écrit dans son autobiographie, selon le New York Times .

 

Elle a vécu ce rêve. Elle a épousé son mari, David Sheldrick, et le couple a été le gardien du parc national de Tsavo pendant plus de 20 ans, le transformant en « parc national le plus grand et le plus célèbre du Kenya ».

Au cours de cette période, ils ont réhabilité de nombreux animaux et ont également contribué à lutter contre un problème rapide de braconnage.

 

David est mort en 1977. Daphne voulait faire quelque chose pour honorer la mémoire de son mari… elle a donc créé le David Sheldrick Wildlife Trust à Nairobi.

 

Le trust se concentre sur la réhabilitation des éléphants, ainsi que d’autres animaux comme les rhinocéros. Il sert en quelque sorte d’orphelinat pour les éléphanteaux dont les mères ont été tuées, en grande partie à cause des braconniers qui les chassent pour leurs défenses en ivoire.

 

Les éléphanteaux ne peuvent survivre plus de quelques jours par eux-mêmes. Ils comptent sur leur mère pour leur enseigner d’importantes techniques de survie. Et, comme l’a dit Daphne Sheldrick à 60 Minutes, ils peuvent mourir du traumatisme et du chagrin d’avoir vu leur mère tuée – les éléphants n’oublient jamais.

Mais au Sheldrick Trust, les travailleurs remplissent le rôle de la mère, en nourrissant et en baignant les éléphants, en leur inculquant les techniques de survie que leurs parents leur enseigneraient normalement, et même en jouant à des jeux. Daphne a également contribué à la mise au point d’une formule spéciale d’alimentation et de lait pour les éléphants, afin de leur apporter la nutrition nécessaire à un développement normal.

 

L’objectif est de les amener à un endroit où ils pourront être réhabilités dans la nature et relâchés dans leur habitat naturel.

Daphne a supervisé le trust pendant des décennies, formant un lien étroit avec les éléphants. Ils faisaient la queue pour la saluer, comme s’ils savaient tout le mal qu’elle s’était donné pour les aider tout au long de sa vie.

« Leur formidable capacité d’attention est, je pense, ce qu’il y a de plus étonnant chez eux », a déclaré Daphne à 60 Minutes. « Ils ont tous les meilleurs attributs de nous autres humains et pas beaucoup des mauvais.

 

En 2006, Daphne Sheldrick a reçu le titre de dame de la reine Elizabeth II pour l’ensemble de ses efforts de conservation.

Daphne est décédée en avril 2018, mais son trust continue de fonctionner, garantissant que ces magnifiques animaux continuent de recevoir les soins dont ils ont besoin, et que l’héritage de Sheldrick et de son mari perdure pour des générations.

 

Remercions Daphne Sheldrick pour tout le travail incroyable qu’elle a accompli au cours de sa vie, et faisons connaître son organisation !

Partagez cette histoire inspirante !

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :