Doctolib : la plateforme va retirer 5700 praticiens dans les six mois

De nombreux praticiens professionnels du « bien-être » vont être bannis de la plateforme.

Une polémique avait éclaté cet été : des internautes avaient signalé des naturopathes.

Naturopathes, sophrologues… 5700 praticiens vont être retirés de la plateforme Doctolib dans les six mois, a annoncé l’entreprise dans un communiqué de presse.

Seuls les professionnels référencés par les autorités sanitaires seront repertoriés sur le site.

Une annonce qui fait suite à la polémique de cet été 2022 : des naturopathes faisant la promotion de médecines alternatives avaient été signalés par des utilisateurs de la plateforme.

Le leader des plateformes de rendez-vous de santé en ligne avait alors retiré 17 comptes en urgence.

« Mieux encadrer le référencement »
Cette fois-ci, l’entreprise française va plus loin, en banissant du site de très nombreux professionnels du « bien-être ».

« Nous avons cherché à mieux encadrer le référencement sur Doctolib des praticiens exerçant uniquement des professions de bien-être.

Pour cela, nous avons organisé avec notre Comité médical une consultation de 40 acteurs durant 6 semaines », indique l’entreprise.

6 mois de délai
Concrètement, que va-t-il se passer ? « 5 700 praticiens exerçant des professions de bien-être, aujourd’hui utilisateurs de Doctolib, ont été informés qu’ils ne pourront plus bénéficier de nos services, en l’état actuel de la réglementation.

Conformément à nos conditions d’abonnement, les clients concernés bénéficient d’une période de 6 mois leur permettant de réorganiser leur gestion des rendez-vous », précise le site dans son communiqué.

Une décision saluée par le ministre de la Santé François Braun, qui s’est exprimé dans un tweet.

 

Bien que Doctolib reconnaisse que les activités de bien-être répondent à une demande des patients et sont parfois intégrées dans des parcours de soins, la plateforme indique faire « le choix de la responsabilité, pour garantir aux patients une information objective et vérifiée », comme l’affirme Arthur Thirion, directeur France de Doctolib.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :