Meurtre de Lola : le quotidien en prison de la suspecte, Dahbia B., dévoilé

 

L’identité de la principale suspecte du meurtre de la petite Lola à Paris a été dévoilée : il s’agit de Dahbia B., une Algérienne de 24 ans, qui a été placée en détention. BFMTV a dévoilé son quotidien en prison, le lundi 24 octobre 2022 dans son documentaire Ligne Rouge.

Alors qu’un hommage a été rendu lundi 24 octobre 2022 à la jeune Lola, tuée à Paris le 14 octobre 2022, la personnalité de Dahbia B., principale suspecte, interroge toujours. Il s’agit d’une Algérienne de 24 ans au parcours de vie chaotique. Après la mort de sa mère en 2020, son titre de séjour n’était plus valable. Elle était sous le coup d’une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) et son profil psychiatrique interroge. Après son arrestation, elle a été mise en garde à vue pendant 48 heures, durant lesquelles elle fut auditionnée une dizaine de fois. Dans le documentaires Meurtre de Lola, enquête sur une dérive barbare, diffusé sur BFMTV lundi 24 octobre 2022, les enquêteurs la décrivent comme « froide » et « détachée » face aux événements qui lui sont reprochés… du moins au début de sa garde à vue. Finalement, la jeune femme change de discours et assure qu’il est « impossible qu’elle ait tué un enfant ». Elle est mise en examen et placée en détention le 18 octobre 2022 comme principale suspecte du meurtre de Lola. « Elle a un regard assez noir, assez glaçant, mais en même temps elle paraît très calme, elle ne paraît pas vraiment mesurer la gravité des faits. Elle a un air juvénile », décrit ainsi une journaliste de BFMTV.

 

« Fascinée par sa propre affaire »

Depuis, Dahbia B. a été placée en isolement dans le quartier des femmes de la maison d’arrêt de Fresnes. Nos confrères de BFMTV décrivent son quotidien. « Elle sort très peu en promenade et regarde beaucoup les journaux télévisés », décrit ainsi la chaîne d’informations en continu. « Elle semble fascinée par sa propre affaire », ajoutent-ils. Alors que son discours est jugé cohérent par un premier psychiatre, d’autres expertises vont être faites pour établir quel était son état psychiatrique au moment de son passage à l’acte supposé. Cette question sera déterminante pour la suite, puisqu’elle jugera si la suspecte est accessible à une sanction pénale. Dans ce cas, elle sera mise face à une cour d’assises. Pour l’heure, Dahbia B. est toujours présumée innocente jusqu’à preuve du contraire par les autorités compétentes.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :