« Un sentiment d’épuisement élevé » dans l’Éducation nationale : ce que disent les enseignants

Dévoilés ce mercredi par le ministère de l’Éducation nationale, les résultats du premier baromètre du bien-être au travail du corps enseignant ne sont pas brillants.

L’étude a été réalisée par le ministère lui-même via la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP).

Au printemps 2022, les personnels de l’Éducation nationale ont répondu à une enquête sur leur bien-être professionnel.

Résultat ? Leur satisfaction professionnelle (qu’ils évaluent à 6 sur 10) est inférieure à la moyenne des Français en emploi (qu’ils noteraient eux à 7,2 sur 10).

Les enseignants se disent fatigués.

Un sur deux déclare même « un sentiment d’épuisement professionnel élevé ».

62 000 personnels de l’Éducation nationale ont répondu
C’est ce qui ressort de cette première édition du « Baromètre du bien-être au travail des personnels de l’Éducation nationale » n’est pas réjouissant.

Dans le commentaire des résultats, la DEPP précise néanmoins que cette enquête a été conduite « à un moment très particulier puisque les personnels de l’Éducation nationale en école et établissement scolaire avaient connu une période d’application du protocole sanitaire pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 ».

Cette étude nationale a été conduite auprès d’un échantillon représentatif de personnels exerçant en premier et second degrés, public et privé sous contrat en France.

62 000 personnels y ont répondu, enseignants, personnels de direction, personnels administratifs, conseillers principaux d’éducation (CPE), assistants sociaux, psychologues, infirmiers et médecins scolaires.

Les perspectives de carrière et leur niveau de rémunération sont jugés globalement insatisfaisants.

Les personnels de l’Éducation nationale exerçant en établissement attribuent une note moyenne de 4,9 sur 10 en réponse à la question « Diriez-vous que vos conditions de travail sont satisfaisantes ? ».

Le taux varie entre 3,7 pour les enseignants remplaçants et 6,2 pour les personnels administratifs de catégorie B ou C.

Les possibilités de carrière et les salaires
Cette insatisfaction concerne à la fois les possibilités de carrière qui leur sont offertes et leur niveau de rémunération.

Seuls 4 % des personnels déclarent que leurs possibilités de carrière au sein de la fonction publique sont attractives ou très attractives.

Par comparaison, d’après l’enquête Conditions de travail menée en 2018-2019, 44 % des Français en emploi et 45 % de ceux ayant un niveau de diplôme d’au moins bac + 3 déclarent qu’ils sont « d’accord » ou « tout à fait d’accord » avec la proposition « Vu tous mes efforts, mes perspectives de promotion sont satisfaisantes ».

En réponse à la question « Êtes-vous satisfait(e) de votre niveau de rémunération ? », les personnels de l’Éducation nationale sont 55 % à exprimer une forte insatisfaction en choisissant une note entre 0 et 3 sur 10.

Dans l’ensemble de la population française, 7 % des personnes en emploi se disent « très mal payées » compte tenu du travail qu’elles réalisent, et 30 % « plutôt mal payées ».

Ces proportions sont de 5 % et 29 % parmi l’ensemble des Français en emploi ayant un niveau de diplôme d’au moins bac + 3.

Un temps de travail médian des enseignants de 43 heures par semaine
Invités à sélectionner trois domaines à améliorer en priorité parmi une liste de 14 items, les personnels de l’Éducation nationale ont ainsi désigné le pouvoir d’achat dans la plus large proportion.

Concernant l’épuisement professionnel, c’est le personnel exerçant dans les écoles primaires qui serait (encore) plus sujet à cette sensation de fatigue extrême que dans le secondaire.

Une autre note de la DEPP, publiée également ce mercredi, évoque le nombre d’heures travaillées dans l’Éducation nationale.

Selon elle, le temps de travail médian des enseignants est de 43 heures par semaine, soit trois heures de plus que les autres cadres A de la fonction publique d’État.

La question qui a récolté la plus faible note est celle liée au sentiment d’exercer un métier valorisé. En moyenne, le personnel éducatif a attribué la note de 2,5 sur ce sujet.

Rare point positif soulevé par cette étude, les personnes interrogées auraient majoritairement l’impression que leur vie professionnelle a « du sens et de la valeur ».

Les questions relatives à la sécurité ont, elles aussi, obtenu des résultats satisfaisants.

Concernant les risques de sécurité aux abords et à l’intérieur des établissements, la note moyenne attribuée est en effet de 8,1 sur 10.

Ce « baromètre » a pour but de « suivre et comprendre l’évolution de la qualité de vie au travail des personnels » et « sera reconduit à intervalles réguliers » par l’agence des statistiques du ministère de l’Éducation.

Le nombre d’enseignants démissionnaires en hausse
Un rapport du Sénat qui détaille la crise d’attractivité du métier enseignant en France pointe de son côté le nombre d’enseignants démissionnaires « en hausse constante depuis dix ans » notant que les enseignants du premier degré sont davantage concernés par les démissions (0,41 % des professeurs des écoles en 2020 et 0,27 % en 2019) que les enseignants du second degré (0,24 % des enseignants en 2020 et 0,18 % en 2019).

Le taux de démission des enseignants stagiaires a quant à lui toujours été supérieur à celui des enseignants titulaires, l’essentiel des départs se produisant historiquement au cours des premiers mois ou années de la carrière.

« Mais l’écart atteint aujourd’hui des proportions spectaculaires », note le rapporteur : le taux de démission des stagiaires est actuellement dix fois supérieur à celui des titulaires : « 3,2 % des enseignants stagiaires ont démissionné au cours de leur stage en 2020-2021, contre seulement 1 % 10 ans plus tôt ».

Ces derniers mois, plusieurs académies, particulièrement touchées par les pénuries car moins attractives pour les jeunes diplômés, ont mis en place des systèmes de recrutement des enseignants contractuels s’inspirant des méthodes du secteur privé.

Source
Crédit photo : capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :