Pénurie de médicaments : le Doliprane et l’Efferalgan en accès restreint pour les Français cet hiver

 

L’Agence nationale de sécurité du médicament a appelé à une utilisation modérée du paracétamol en raison de difficultés d’approvisionnement.

 

Cet hiver, l’heure est à la restriction. Alors que les Français ont eu pour recommandation de limiter leur chauffage à 19 degrés, ou encore de gérer plusieurs pénuries alimentaires, ils devraient aussi avoir des difficultés à se fournir dans les pharmacies. En effet, l’Agence nationale de sureté du médicament et des produits de santé (ANSM) a appelé les médecins à limiter le recours au paracétamol.
Les Français appelés à limiter leur consommation de paracétamol

Dans un communiqué publié le 19 octobre, l’ANSM a tenu à mettre en garde le corps médical et les Français sur la pénurie de médicaments à venir. L’agence, accompagnée de syndicats de pharmaciens, a recommandé de « modérer l’utilisation du paracétamol et permettre ainsi aux patients qui ont un besoin immédiat de pouvoir en bénéficier ». Ce qui concerne donc le Doliprane ou encore l’Efferalgan.

Ainsi, les pharmaciens sont appelés à limiter leurs stocks en donnant « deux boîtes par patient » en l’absence de prescription. Les médecins sont aussi invités à ne prescrire du paracétamol qu’aux personnes qui en ont un besoin immédiat. Enfin, du côté des Français, l’agence les appelle à modifier légèrement la posologie en passant à trois prises par jour toutes les 8 heures, au lieu de quatre prises par jour toutes les 6 heures.

 

Des restrictions pour mieux redistribuer les médicaments

L’ANSM avait déjà alerté en juillet dernier sur les difficultés d’approvisionnements à venir cet hiver, liée à la recrudescence des cas de Covid-19 en raison de la période estivale. Prendre ces mesures restrictives pourrait permettre « que l’ensemble des patients puisse avoir accès au médicament », a assuré Mélanie Cachet, directrice adjointe de la direction de l’inspection de l’ANSM, à l’AFP. Pourtant, le groupe Sanofi avait déclaré après ces annonces qu’il n’y avait « aucun risque de rupture de paracétamol en France ».

Pour rappel, le paracétamol est à consommer en cas de fièvre (au-dessus de 38,5 °C) ou de douleurs. Les personnes de plus de 50 kg sont invités à prendre la dose de 500 mg. Si le mal persiste, la prise de 1 gramme est recommandée.

 

Source utilisée :

ANSM – Paracétamol : limiter les tensions d’approvisionnement qui se prolongent

crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :