Un sexagénaire jugé pour avoir « fait l’amour » à ses poules et posté les vidéos sur un blog

 

Un Vosgien s’est retrouvé face au tribunal d’Épinal pour sévices sexuels sur ses poules et détention d’images et de vidéos pédopornographiques.

 

Dans les Vosges, un dossier pour le moins déroutant a été traité par le tribunal d’Épinal le 15 septembre. Un homme âgé d’une soixantaine d’années se trouvait à la barre, accusé de sévices sexuels sur ses poules depuis plusieurs décennies, rapporte Vosges Matin.
Un sexagénaire jugé pour avoir « fait l’amour » à ses poules

L’homme estime avoir « fait l’amour » à ses oiseaux gallinacés, comme il l’aurait fait avec une femme, avec beaucoup de « tendresse ». Une pratique probablement réalisée depuis plusieurs décennies : le Vosgien aurait expliqué avoir été initié à celle-ci par ses cousins dès l’âge de 12 ans.

À la suite de ces déclarations, l’avocat de la SPA a défendu la cause animale en appuyant sur le fait que ce sexagénaire entretenait cette habitude depuis, au moins, quarante-huit ans. Il aurait également publié des vidéos de ses « ébats » sur un blog consulté par des adeptes de la zoophilie. En dehors des poules, l’homme aurait de plus tenté d’approcher une vache, sans succès. Son propriétaire lui aurait demandé une somme bien trop élevée en échange.

 

 

Un condamné jugé « déviant » par un expert psychiatrique

Les vidéos postées sur internet n’ayant pas été datées, l’homme a pu bénéficier de la prescription et a donc été relaxé. Il a toutefois été condamné à douze mois de prison avec sursis probatoire pour détention d’images et de vidéos pédopornographiques.

Concernant la personnalité du condamné, un expert psychiatrique l’a qualifié de « déviant ». En plus de sa condamnation, il est ainsi forcé à suivre des soins psychologiques pendant au moins deux ans.

Si aucun texte pénal ne condamne la zoophilie, l’acte de pénétration par une personne sur un animal est une pratique punie par la loi, sans qu’il soit nécessaire pour la justice de constater la violence, la brutalité ou les mauvais traitements. Les personnes impliquées risquent jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

Sources utilisées :

Vosges Matin – Il s’adonnait à des actes sexuels sur ses poules : un sexagénaire devant le tribunal

L’Est Républicain – Il s’adonnait à des actes sexuels sur ses poules : un sexagénaire condamné

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :