Un père soupçonné d’avoir défenestré ses deux filles, causant la mort de la plus jeune, placé en garde à vue

 

C’est un vrai drame qui s’est produit à Chambon-Feugerolles, dans la Loire. Deux sœurs, âgées de quatre et deux ans, sont tombées du 3ème étage de leur immeuble le matin du vendredi 16 septembre 2022. Le Parisien révèle que le père des fillettes a été placé en garde à vue le lendemain.

 

Quelques jours après qu’une petite fille soit morte dans une fusillade devant chez elle, c’est un nouveau drame qui touche les internautes. Les pompiers sont intervenus dans la matinée du vendredi 16 septembre 2022 devant un immeuble du centre-ville de Chambon-Feugerolles, pour porter assistance à deux fillettes, respectivement âgées de deux et quatre ans, tombées du troisième étage. Le drame s’est produit vers 10 heures du matin. Cependant, il ne s’agirait peut-être pas d’un accident, puisque le père, un homme de 23 ans, a été placé en garde à vue pour « tentative de meurtre », comme l’a rapporté Le Parisien samedi 17 septembre 2022.
Des corps inanimés

Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un bébé abandonné dans une voiture, mais de deux petites filles retrouvées par des riverains, inanimées sur le bitume. Le maire de la commune de 12.000 habitants, David Fara, a précisé que les passants ont tous été très choqués et « ont appelé à l’aide ».

Malheureusement, les pompiers sont arrivés trop tard pour sauver la petite fille de deux ans, qui est décédée des suites de ses blessures, malgré le fait qu’elle ait été transportée à l’hôpital.

L’une était partie à l’hôpital de Saint-Etienne, tandis que l’autre avait été transportée en hélicoptère à Lyon. Le maire a pris la parole au nom des secours présents sur place, « [Ils] sont très choqués. C’est la sidération », dit-il dans les colonnes du Parisien. Les riverains espèrent encore que la fillette de quatre ans survivra même si son pronostic vital est engagé.

 

Une enquête est en cours

Peu de temps après l’incident, un magistrat s’est rendu sur place et a ouvert une enquête pour « tentative d’homicide par ascendant sur mineures de moins de 15 ans ». Le père de 23 ans, seul avec ses filles au moment du drame, a été placé en garde à vue au commissariat de Firminy. Il a été retrouvé dans son appartement par les policiers, la mère n’était pas présente. Le maire a confié que la famille ne vivait ici que depuis peu de temps, elle « est arrivée en 2020 dans la commune [et] était suivie par les services sociaux ». Une histoire qui rappelle celle de cette candidate accusée d’avoir battu à mort sa fille adoptive.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :