Pass Navigo : la très mauvaise nouvelle qui vient de tomber

Valérie Pécresse, la présidente d’île de France Mobilité (IDFM) s’est exprimé ce mercredi 14 Septembre sur la future augmentation du pass Navigo.

Une lourde nouvelle pour de nombreux Franciliens, qui paient déjà 75,20 euros par mois.

Hausse du Navigo : un déficit à compenser
Pour le plus grand bonheur des usagers, le prix de l’abonnement Navigo n’avait pas augmenté depuis 2017.

Une joie de courte durée puisqu’en début d’année, le bilan financier de l’IDFM a été effectué.

Il s’est conclu sur l’annonce d’un déficit de 1,3 milliard d’euros.

« Des mesures doivent donc être prises, en dépenses et en recettes, pour rétablir à court terme l’équilibre financier du modèle économique des transports publics franciliens, puis le stabiliser à moyen et long terme » .

La juge de la cour des comptes a également ajouté qu’il faudra penser à des « recettes supplémentaires » pour remédier à ces dettes, d’ici 2026.

Augmentation du prix de l’énergie
Valérie Pécresse a insisté sur un point, avec une offre déjà réduite en heures creuses, elle tient à ne pas la baisser à nouveau.

En effet, le réseau n’a toujours pas retrouvé 100% de son trafic d’avant Covid.

Alors, il est évident que la récente annonce d’une crise de l’énergie ne va rien arranger.

L’élue a alerté :

La « hausse absolument colossale des prix de l’énergie va déferler sur les transports du quotidien« .

Concrètement, en plus des 11 milliards actuels, il serait question d’une hausse de 950 millions d’euros pour subvenir aux coûts d’exploitation. Une gestion qui fait trembler les passagers du réseau RATP de l’Île de France.

Des financements pour éviter l’augmentation du Navigo

Pour répondre à cette soudaine flambée des prix, divers financements ont été obtenus :

100 millions d’euros seront cherchés auprès des collectivités locales de la région
« Exceptionnellement » 200 millions seront demandés à la SNCF ainsi qu’à la RATP
Si l’État baissait la TVA de 4,5%, cela permettrait de faire 150 millions d’euros d’économie.

Toutefois, sur ce point, le gouvernement est encore un peu frileux.

Finalement, 200 ou 300 millions devraient être débloqués grâce à une taxe sur les entreprises de l’agglomération parisienne de plus de onze salariés.

Ainsi, la directrice de l’IDFM espère ne pas avoir à augmenter de 25 euros l’abonnement des usagers :

« Ce que je veux, c’est augmenter le Navigo le moins possible (…) Je refuse le Navigo à 100 euros »

Valérie Pécresse

Pour beaucoup, une telle augmentation serait injustifiée face à l’état du réseau RATP dont certaines stations sont presque insalubres.

De nombreux internautes se sont exprimés sur ce futur changement : payer plus pour moins de trains, ce n’est clairement pas envisageable.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :