Des scientifiques découvrent une planète habitable où l’on peut vivre jusqu’à 3 158 ans

Des scientifiques ont découvert une nouvelle planète qui pourrait non seulement être habitable, mais aussi vous permettre de vivre jusqu’à l’âge de 3 158 ans. La découverte a été faite par une équipe de scientifiques menée par Laetitia Delrez, astrophysicienne à l’Université de Liège, en Belgique.

 

L’espérance de vie moyenne sur Terre est de 73,5 ans, et comme LP 890-9c ne met que 8,5 jours pour tourner autour de son étoile, les années passent beaucoup plus vite, contrairement à l’orbite de 365 jours de notre Terre autour du soleil. En théorie, nous pourrions donc vivre jusqu’à 3 158 ans sur cette planète.

À 100 années-lumière

 

Avec l’aide du télescope spatial TESS de la NASA, les chercheurs ont trouvé la planète en utilisant la méthode des transits. Le télescope surveille la luminosité d’une étoile, à la recherche d’éventuelles atténuations qui pourraient être causées par des planètes passant devant l’étoile.

Les chercheurs de l’ULiège ont utilisé leurs télescopes terrestres SPECULOOS pour confirmer et caractériser cette planète, et aussi sonder le système en profondeur à la recherche d’autres planètes qui auraient pu être « manquées » par TESS.
Une planète habitable ?

Située à 100 années-lumière de la Terre, les scientifiques ont découvert que l’étoile, LP 890-9 ou TOI-4306, est deux fois moins chaude que notre soleil et 6,5 fois plus petite. Deux planètes sont en orbite autour de l’étoile, l’une d’entre elles étant à la bonne distance pour contenir de l’eau liquide à la surface.

La planète intérieure appelée LP 890-9b tourne autour de l’étoile en 2,7 jours, tandis que la planète extérieure appelée LP 890-9c met environ 8,5 jours pour faire de même. La planète intérieure est trop chaude pour contenir de l’eau liquide, mais la planète extérieure en est capable, ce qui en fait la planète habitable

 

Super-Terres

 

Situées dans la constellation de l’Eridanus, les deux planètes qui orbitent autour du soleil LP 890-9 sont appelées « super-Terres », car elles ont une composition rocheuse similaire et sont environ 30 à 40 % plus grandes que notre Terre.

Wells souligne que les scientifiques devront mener d’autres recherches afin de confirmer si les humains peuvent bel et bien déménager sur LP 890-9c.
De plus amples recherches nécessaires

« Cette deuxième planète reçoit à peu près la même quantité de rayonnement stellaire que notre Terre reçoit du Soleil et pourrait donc contenir de l’eau liquide à la surface », a déclaré le Dr Robert Wells de l’Université de Berne, co-auteur de l’étude.

« Mais il est important de ne pas tirer de conclusions hâtives. Être au bon endroit ne garantit pas une plage de palmiers. Par exemple, notre planète voisine Vénus, une cocotte-minute riche en CO2 à près de 500 °C, est également proche de cette zone dite habitable autour du Soleil. »

 

« Pour déterminer si cette planète peut effectivement contenir de l’eau liquide en surface ou non, nous devons en apprendre davantage sur elle. Cela nécessite des observations détaillées, par exemple avec le télescope spatial James Webb. »

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

 

 

%d blogueurs aiment cette page :