Cette mannequin qui a des tatouages sur 99 % du corps dit qu’elle a du mal à trouver un emploi

 

Être l’une des personnes les plus tatouées d’Australie n’est pas sans susciter des controverses. Avec 600 tatouages et plus, plus de 99 % du corps d’Amber Luke est couvert d’encre.

En tant que femme si lourdement tatouée, il n’est pas rare que l’apparence de d’Amber fasse tourner les têtes lorsqu’elle est en public. Cependant, elle trouve « pénible » que des passants fassent des remarques désobligeantes sur son apparence

.
Victime de discrimination

 

Amber Luke, âgée de 27 ans, également connue sous le nom de « Dragon Girl », a dépensé 170 000 € ou 223 000 $CA en tatouages, piercings et opérations chirurgicales pour obtenir le look qu’elle souhaite, mais elle affirme qu’elle est victime de discrimination en public et sur le lieu de travail.

La résidente de Brisbane a déclaré à l’émission de radio locale Robin, Terry & Kip qu’il n’est pas rare que quelqu’un lui dise qu’elle a « ruiné » son apparence.

Des remarques « angoissantes »

« Chacun a sa propre opinion de ce qu’est la beauté », a-t-elle déclaré, selon le Daily Mail. « Il y a des cultures où les gens s’étirent le cou, les oreilles ou les lèvres. Mais au bout du compte, nous avons tous droit à notre opinion et c’est correct. »

« Ce qui m’énerve, c’est quand quelqu’un exprime son opinion en public et vient me voir pour me dire : « Oh, tu es laide », ou « Tu t’es ruinée ». C’est très angoissant de savoir que les gens ont une opinion aussi forte et qu’ils peuvent simplement l’exprimer sans aucune répercussion. »

Pas facile de trouver du travail

Amber est mannequin et compte près de 30 000 followers sur Instagram. Elle participe régulièrement à des expositions et des événements de tatouage pour montrer son art corporel. Si elle a trouvé le succès sur les médias sociaux, se taillant une niche unique, elle a eu du mal à trouver un emploi régulier de neuf à cinq en raison de son apparence.

« Cela a limité mes possibilités d’emploi, mais ce n’est pas grave », a-t-elle déclaré. « Je ne veux pas travailler pour une entreprise superficielle qui ne peut pas regarder au-delà de mon image. Ils ne regarderont pas mon éthique de travail, mes valeurs ou ce que j’ai à apporter. »

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :