Rentrée scolaire 2022 : Quelles sont les nouveautés attendues au lycée général cette année ?

La nouvelle option maths va susciter beaucoup de curiosité dans les établissements

Cette rentrée verra la naissance de l’option maths en 1re et du baccalauréat français international (BFI), qui remplace l’option internationale du baccalauréat (OIB).

Le bac et le lycée général et technologique ont été réformés en 2019. Mais certains aménagements pourraient encore se produire cette année.

Ce jeudi, plus d’1,6 million d’élèves feront leur rentrée au lycée général et technologique.

Comme chaque année, des nouveautés les attendent.

Et certains dossiers qui posent problème, selon les syndicats enseignants, pourraient aussi donner lieu à des modifications d’organisation en cours d’année.

20 Minutes fait le point.

Le démarrage de l’option maths en 1re
Depuis la mise en œuvre de la réforme du lycée en 2019, les maths ont disparu du tronc commun en 1re et en terminale. Car la discipline est seulement enseignée sous forme de spécialité.

Ce qui était critiqué par toute la communauté éducative.

A partir de cette rentrée, la matière est proposée sous forme d’option en 1re générale aux élèves qui ne suivent pas l’enseignement de spécialité.

Il s’agira d’1h30 de cours par semaine, afin d’aborder l’analyse de l’information chiffrée, les phénomènes aléatoires, les phénomènes d’évolution (croissance linéaire et exponentielle, variations).

En terminale, les élèves qui auront suivi l’option pourront s’inscrire en option mathématiques complémentaires.

Mais la création de cette option ayant été annoncée en juin, il semblerait que peu d’élèves s’en soient emparés.

Dans une interview accordée à Libération dimanche, Pap Ndiaye l’a d’ailleurs reconnu : « Ce n’est pas un succès exceptionnel, notamment parce que ça s’est fait tardivement. »

De leur côté, les syndicats de profs sont dubitatifs : « On est très loin du retour des maths pour tous ».

Par ailleurs, « l’enjeu des enseignants pour la rentrée sera de faire en sorte que les élèves n’abandonnent pas cette option dès les premières semaines », estime Gwenaël Le Paih, secrétaire général adjoint du SNES-FSU.

Autre inquiétude selon eux : lors de sa conférence de presse de rentrée vendredi dernier, le ministre n’a pas tranché sur le fait que les mathématiques reviendraient dans le tronc commun en 1re à la rentrée 2023 ou resteraient optionnelles.

Un changement de calendrier pour les épreuves de spécialités ?
Selon le schéma initial de la réforme du bac, les deux épreuves de spécialités doivent se dérouler en mars de l’année de terminale.

Pour la session 2022, elles avaient été reportées en mai car le début d’année scolaire avait été bouleversé par le Covid-19.

Mais même en contexte normal, beaucoup de profs et d’élèves estiment que mars est trop tôt.

« Nous souhaitons que les épreuves de spécialités soient reportées à juin pour laisser du temps aux élèves », indique Gwenaël Le Paih.

« Pour rappel, les terminales de cette année étaient en 3e pendant le confinement, en hybride en 2de et en 1re pendant Omicron », renchérit Sophie Vénétitay, secrétaire générale du SNES-FSU.

Pap Ndiaye semble hésitant sur ce dossier : « J’aimerais bien décaler un peu les deux épreuves de spécialités du baccalauréat, mais c’est sportif quand on souhaite inclure les notes dans Parcoursup », a-t-il déclaré dans Libération.

Revoir le grand oral ?

Pour la deuxième année consécutive, les candidats au bac général et technologique ont passé le grand oral en juin dernier.

Une épreuve qui doit encore être rodée, car les élèves manquent généralement de temps dans l’année pour travailler ces compétences spécifiques.

« On veut un temps de préparation spécifique pour le grand oral.

Car à défaut, on renvoie la préparation de cette épreuve à la famille, ce qui renforce les inégalités », estime Jérôme Fournier, secrétaire académique du SE-Unsa.

De son côté le Snes-Fsu juge que le grand oral « est déconnecté des savoirs disciplinaires » et souligne que le jury n’est pas nécessairement composé d’un enseignant issu de chaque spécialité abordée.

Et que l’évaluation du projet d’orientation prévue lors de l’épreuve est « potentiellement très inégalitaire ».

Un dossier sur lequel le nouveau ministre de l’Education ne s’est pas encore exprimé, mais qui viendra s’imposer en cours d’année.

Une nouvelle option internationale du baccalauréat

En cette rentrée scolaire 2022, l’option internationale du baccalauréat (OIB) devient le baccalauréat français international (BFI).

Les élèves de 1re de la voie générale concernés présenteront cette nouvelle option à la session 2024 du bac.

Selon le ministère, le BFI « permet de renforcer la visibilité et l’attractivité du baccalauréat français dans le monde ».

« Des parcours bilingues, trilingues ou quadrilingues sont proposés aux élèves, selon les établissements », explique la Rue de Grenelle.

Un programme alléchant mais qui ne sera pas accessible à tous les élèves, puisqu’ils seront recrutés sur dossier de candidature et selon leur résultat obtenu à un examen d’aptitude en langue étrangère.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :