Rentrée scolaires 2022 : Salaires, profs manquants… L’essentiel des annonces de Pap Ndiaye

Le fraîchement nommé ministre de l’Education a tenu sa première conférence de presse de rentrée ce vendredi matin

La rentrée avait eu lieu l’an dernier sous le sceau de la crise sanitaire.

Cette année, c’est sous celui de la crise du recrutement des enseignants.

Le « premier défi, est d’assurer une rentrée réussie dans un contexte de tension inédite pour le recrutement des professeurs », a déclaré vendredi Pap Ndiaye lors de sa conférence de rentrée, quelques jours avant le retour à l’école de 12 millions d’élèves, le 1er septembre.

Voici les principales annonces du nouveau ministre de l’Education, à quelques jours de son baptême du feu.

Sur le concours exceptionnel de titularisation

Pap Ndiaye​ a annoncé vendredi la création d’un concours exceptionnel de titularisation des enseignants contractuels, au printemps 2023, face à la crise majeure de recrutement des enseignants.

« Une organisation aussi vaste que l’Education nationale a besoin d’un volant d’enseignants contractuels.

Nous allons ouvrir au printemps 2023 un concours exceptionnel de titularisation d’un certain nombre de ces enseignants (contractuels), selon des modalités qui seront bientôt précisées », a annoncé le ministre de l’Education.

« La vaste majorité de nos enseignants contractuels enseignaient déjà l’année passée, voire les années précédentes.

On peut estimer que 80, 90 % des enseignants contractuels ont déjà une expérience d’enseignement », a ajouté Pap Ndiaye.

L’Education nationale a recours cette année à quelque 3.000 contractuels, sur environ 870.000 enseignants.

Sur les listes complémentaires des concours

Autre vivier pour pallier le manque d’enseignants, les listes complémentaires des concours de professeurs, ceux qui ont passé le concours au printemps 2022 et n’ont pas été reçus.

Le ministère « recense les besoins suite aux défections et aux démissions des lauréats reçus (au printemps 2022) sur les listes principales », indique Pap Ndiaye.

Pour remplacer ces démissionnaires, la rue de Grenelle pioche dans ces listes complémentaires. Il s’agit, à ce jour, de 260 personnes.

Sur la rémunération des professeurs

Sur la question des rémunérations des professeurs, inférieures en France à la moyenne des pays de l’OCDE, le ministre de l’Education a répété vendredi la nécessité de « créer un choc d’attractivité qui permettra à l’Education nationale de recruter davantage de personnes grâce à des rémunérations initiales attractives », afin qu’aucun d’entre eux ne débute sa carrière « à moins de 2.000 euros nets » par mois, à la rentrée 2023.

Et actuellement, les 2.000 euros nets sont atteints à l’échelon 8 sur la grille des salaires (entre 13 et 14 années d’ancienneté).

Sur les enseignants manquants

« Les chiffres varient de jour en jour », a assuré le ministre.

« Il y a encore des difficultés dans certaines disciplines, par exemple des disciplines de l’enseignement professionnel, qui sont les plus en concurrence avec le marché du travail, ou également dans certaines disciplines comme les langues vivantes ou les lettres classiques, la physique-chimie », a-t-il ajouté, sans donner un nombre précis. Selon l’AFP, il manquerait encore 3.000 enseignants pour la rentrée scolaire.

Sur la hausse des fonds sociaux

Pap Ndiaye est revenu sur l’inflation, qui grignote le pouvoir d’achat des familles.

« Le ministère s’est engagé pour un soutien accru aux familles en difficulté afin que les élèves puissent suivre leur scolarité dans de bonnes conditions », via notamment la possible hausse de 50 % des fonds sociaux dès cette rentrée.

Les fonds sociaux permettent aux établissements scolaires d’apporter rapidement une aide aux élèves dont les familles rencontrent des difficultés.

Sur la réforme de la voie professionnelle

Emmanuel Macron a fait savoir jeudi qu’il souhaitait « réarrimer très en profondeur et en amont le lycée professionnel avec le monde du travail », développer « les temps de stage d’au moins 50 % » et mieux les rémunérer, et recruter davantage de professeurs issus du monde professionnel.

Carole Granjean, ministre déléguée à la Formation professionnelle, présente à la conférence de rentrée aux côtés de Pap Ndiaye a énuméré les trois objectifs de cette réforme : « réduire le nombre de décrocheurs », augmenter « le taux d’insertions dans l’emploi » et « faciliter les poursuites d’études ».

Pap Ndiaye devra par ailleurs porter le dispositif de « l’école du futur », qu’Emmanuel Macron a présenté lors de ses déplacements à Marseille avant l’été.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :