Cette femme qui a changé d’avis sur sa transition de genre poursuit son psychiatre pour avoir approuvé un traitement hormonal

Une femme australienne poursuit son ancien psychiatre pour négligence médicale professionnelle après qu’il lui a conseillé de suivre un traitement hormonal pour effectuer une transition de genre.

 

Jay Langadinos, qui ne s’identifie plus comme un homme, a suivi des séances avec le Dr Patrick Toohey à l’adolescence et au début de la vingtaine, au cours desquelles il aurait confirmé sa dysphorie de genre et recommandé qu’elle reçoive des traitements hormonaux à la testostérone, une double mastectomie et une hystérectomie, c’est-à-dire l’ablation chirurgicale de l’utérus.

Des procédures médicales irréversibles

Cette femme qui a changé d’avis sur sa transition de genre poursuit son psychiatre pour avoir approuvé un traitement hormonal

 

Lors de chaque consultation, la première alors que Langadinos n’avait que 19 ans, Toohey n’aurait trouvé « aucune contre-indication » entre les interventions médicales et la dysphorie de genre de sa patiente, selon la plainte déposée devant la Cour suprême de Nouvelle-Galles du Sud.

Le médecin a approuvé toutes les procédures, dont l’extraction de l’utérus, qui a été réalisée lorsque Langadinos avait 22 ans, rapporte le Sydney Morning Herald.

Aujourd’hui âgée de 31 ans, Langadinos fait valoir que son psychiatre aurait dû l’adresser à un autre psychiatre pour une deuxième évaluation et un deuxième avis avant qu’elle ne se précipite pour subir des opérations reconstructives irréversibles de son anatomie.

La demande allègue que Toohey « savait ou aurait dû savoir » que Langadinos aurait dû faire examiner son cas plus en profondeur avant d’approuver des mesures médicales aussi importantes.

En novembre 2016, lors d’une thérapie avec le Dr Roberto D’Angelo, Langadinos a déclaré qu’elle « s’est rendu compte qu’elle n’aurait pas dû subir l’hormonothérapie ni les première et deuxième interventions chirurgicales ».

 

Des problèmes de santé mentale qui empirent

Cette femme qui a changé d’avis sur sa transition de genre poursuit son psychiatre pour avoir approuvé un traitement hormonal

 

La situation de Langadinos fait partie d’un ensemble croissant de statistiques suggérant que les jeunes transitionneurs de genre, en particulier les filles, sont susceptibles de regretter profondément leur décision plus tard dans leur vie.

Sa dysphorie de genre semble provenir d’une confusion sur sa sexualité lorsqu’elle était une jeune fille attirée par d’autres filles, a-t-elle déclaré. Des recherches sur Internet lui ont confirmé qu’elle était transgenre.

« Et à cause de la définition de la dysphorie, je me suis dit que c’était ce que j’avais », a déclaré Langadinos. « J’ai décidé que je devais être transgenre en raison de la gêne que j’éprouvais dans mon corps. »

Langadinos a déclaré qu’elle a « souffert et continue de souffrir de blessures et de handicaps » dus aux dommages infligés à son corps par les opérations, tels que la perte de seins, d’utérus et d’ovaires, l’anxiété et la dépression, ainsi que l’altération du fonctionnement psychologique.

Alors que de nombreux secteurs de la médecine américaine, tels que l’hôpital pour enfants de Boston, continuent de promouvoir la transition de genre chez les mineurs, de nombreux pays européens, tels que la France, l’Angleterre, la Finlande et la Suède, ont commencé à faire preuve de beaucoup plus de prudence.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :