Protocole sanitaire, sport obligatoire, maths… Ce qui va changer à la rentrée scolaire

 

La date du 1er septembre marque le retour à l’école de 12 millions d’élèves en France, accompagné de nouveautés programmatiques ou organisationnelles propres à cette rentrée

 

Douze millions d’élèves feront leur rentrée ce jeudi 1er septembre. Pour Pap Ndiaye, il s’agit d’une première. Et le nouveau ministre de l’Education nationale a déjà des devoirs. Jeudi, le président de la République a tracé les grandes lignes de ce qu’il souhaite voir changer dans le système éducatif français. En maternelle, « nous renforcerons l’attention au développement de l’enfant », a-t-il promis devant les recteurs d’académie. Au collège, la classe de sixième deviendra « une liaison efficace et transversale avec le primaire, où chacun se sentira accompagné dans cette transition importante ». Une demi-journée « Avenirs hebdomadaire » permettra aux élèves, à partir de la cinquième, de « découvrir de nombreux métiers, notamment les métiers techniques, manuels ou relationnels ». Le « passe culture », jusqu’alors réservé aux adolescents entre 15 et 18 ans, sera désormais élargi à tous les collégiens.

Outre ces promesses, cette rentrée sera marquée par de grandes nouveautés, programmatiques comme organisationnelles.

 

Le protocole sanitaire réduit au niveau « socle »

Troisième rentrée scolaire sous Covid-19, et troisième protocole sanitaire différent. Cette année, ce sera celui du « socle de mesures », d’après le ministère de l’Education nationale. Concrètement, ce niveau – le plus bas – prévoit que tous les élèves auront cours en présentiel. Les mesures sanitaires (lavage des mains, port du masque…) ne seront pas spécifiques aux établissements scolaires, mais suivront les recommandations du ministère de la Santé. De nombreux médecins insistent, de leur côté, sur l’importance de l’aération et de la purification de l’air afin de limiter les risques de contamination en classe. Les professeurs qui le demandent pourront recevoir des autotests et des masques chirurgicaux : 61,5 millions d’entre eux seront envoyés dans les académies.

 

Le fait qu’aucun nouveau variant « dangereux » ne soit apparu récemment en France, accompagné d’une forte baisse du nombre de patients Covid hospitalisés depuis un mois, explique pourquoi ce niveau « socle » a été choisi, selon le ministère de l’Education nationale. A Mayotte et à la Réunion (où la rentrée a eu lieu les 24 et 16 août), les mêmes mesures ont été annoncées. Mais rien n’est gravé dans le marbre : chaque département peut voir son protocole renforcé en cours d’année.

 

30 minutes de sport obligatoire par jour en primaire

Corde à sauter, relais, jeux de ballons… Les élèves des écoles élémentaires devront s’atteler à 30 minutes d’activité physique par jour. L’objectif : lutter contre la sédentarité et l’obésité des enfants et des adolescents. Pour cause, en 2020, 24% des enfants de 2 à 7 ans et 21% des 8-17 ans étaient en situation de surpoids ou d’obésité en France, selon l’enquête OBEpi-Roche, réalisée tous les trois ans à l’initiative du laboratoire pharmaceutique Roche.

Déjà expérimentée depuis septembre 2020 par 7000 écoles, la mesure, distincte de l’enseignement de l’éducation physique et sportive (EPS), s’inscrit dans le cadre d’objectifs lancés par le gouvernement à l’approche des Jeux olympiques de Paris en 2024. Les récréations mais aussi les temps périscolaires peuvent être voués à cette pratique sportive. Par ailleurs, dans certains collèges volontaires, des expérimentations vont être conduites pour la mise en place d’emplois du temps permettant aux élèves de faire deux heures d’activité physique sur leur temps libre.

 

Renforcement des maths en première générale

Retour en arrière pour le gouvernement. Supprimées par la réforme du bac menée par Jean-Michel Blanquer, les mathématiques signent leur grand retour dans le tronc commun des enseignements de première générale, sous forme d’option. Le ministère de l’Education a néanmoins indiqué dans un communiqué que le caractère facultatif ne le serait qu’à « titre transitoire ».

Statistiques, probabilités, traitement de données… Cette option devra permettre aux lycéens n’ayant pas choisi la spécialité maths de renforcer leur maîtrise de compétences utiles pour la vie professionnelle. Le nouvel « enseignement scientifique et mathématique » sera donc porté à 3 heures 30 hebdomadaires, contre 2 heures l’année dernière, uniquement dévolues aux sciences.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :