Une mauvaise nouvelle tombe pour les automobilistes à partir de 2023 !

 

Autoroutes : le coût des péages pourrait bientôt exploser

 

Le gouvernement tente de prévenir cette augmentation malgré l’indexation partielle des prix des péages autoroutiers sur l’inflation.

Les prix des péages ont augmenté en moyenne de 2 % en 2022. En parallèle, l’inflation galopante atteint sur la période un taux record de 6 %. Partiellement indexés sur cette dernière, les prix des péages autoroutiers pourraient exploser à la rentrée 2023. Mais le gouvernement anticipe et assure au Figaro que des discussions seront engagées avec les exploitants « dès la rentrée avec les sociétés de concessionnaires pour éviter une forte augmentation ».

Une clause dans le contrat qui lie les sociétés d’autoroute à l’État nourrit les inquiétudes du gouvernement. Dans un entretien au JDD le ministre des Transports Clément Beaune explique : « Une formule de revalorisation annuelle des péages prenant en compte l’inflation » figure dans le contrat. Les sociétés d’autoroute proposent vers novembre-décembre leurs calculs au ministère des Transports, qui applique la hausse des tarifs au 1er février suivant. La part de l’inflation représente généralement un tiers de cette revalorisation. Les deux tiers restants étant destinés aux investissements des sociétés d’autoroute.

 

« Environ 50% reviennent à l’État »

« Il est inconcevable qu’il y ait une hausse [du prix des péages] en février prochain, de 7 % ou 8 % », a assuré dimanche dernier le ministre des Transports au JDD qui précise avoir « bon espoir ». Si cette hausse contractuelle est validée par le Conseil d’État, le gouvernement est pointée du doigt pour les bénéfices qu’il en retire.

« Le gouvernement perçoit énormément d’argent dans le cadre de ces contrats », explique au Figaro Rémy Josseaume, avocat spécialisé en droit routier. Sur dix euros de frais de péages payés par l’usager, « environ 50 % reviennent à l’État, dont 38 % d’impôts et de taxes, auxquels s’ajoute la TVA. Le gouvernement met la pression aux sociétés d’autoroute, mais il doit aussi intervenir en réduisant le volume de sa taxation », ajoute l’avocat qui précise que la hausse des prix des péages a été inférieure à l’inflation depuis que l’État a délégué la gestion des autoroutes en 2006.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :