ALERTE, Vladimir Poutine s’attaque à la France

Cela fait plus de deux mois que Vladimir Poutine et Emmanuel Macron ne se sont pas eu au téléphone.

En pleine guerre, les deux chefs d’État semblent dans une impasse.

Même s’ils désirent rester cordiales économiquement, ça coince entre la Russie et de la France.

Suite à la visite d’Emmanuel Macron en Ukraine, Poutine se méfie de plus en plus de la France.

À tel point que le Kremlin prévoit de nombreuses mesures à l’encontre de notre pays, alors allié avec l’Ukraine.

Récemment, Vladimir Poutine a même qualifié l’hexagone de pays « inamical » .

Une déclaration qui fait froid dans le dos.

poutine macron france russie

La France, un pays « inamical » selon Vladimir Poutine
Le président russe, alors en pleine invasion de l’Ukraine, l’a bien précisé : les alliés de l’Ukraine et ceux qui interfèrent dans le conflit en payeront les conséquences.

La France étant dépendante du gaz russe, Vladimir Poutine prévoir déjà de nous couper les vivres.

Mais, ce n’est pas la seule chose inquiétante.

Entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, les relations se sont plus que détériorés.

Le chef d’État français s’affiche clairement comme un fidèle allié de l’Ukraine dans ce conflit, chose que n’apprécie pas le président russe.

Ainsi, les deux présidents, pourtant habitués à s’appeler, n’ont pas eu d’entretien téléphonique depuis deux mois.

Ce vendredi, il y a eu pire. Le Kremlin a déclaré que Vladimir Poutine trouvait la France « inamicale » .

D’après le gouvernement russe, des « discussions » seraient d’ailleurs « nécessaires » entre les deux États.

Le diplomate russe Dmitri Peskov a bien précisé que cela avait à voir avec les « actions » que la France prend concernant la Russie.

Quand les deux chefs d’État vont-ils s’appeler à nouveau ?
Il y a peu de temps, Vladimir Poutine s’était d’ailleurs montré très menaçant envers le président français.

Un échange difficile qui date du 28 mai dernier.

Depuis cette date, les deux hommes ne se donnent plus du tout de nouvelles. Aucune discussion n’est en cours.

« Ils ne s’appellent pas parce qu’ils estiment que le moment n’est pas venu, et qu’actuellement ce n’est simplement pas nécessaire.

Si la nécessité se fait sentir, ils peuvent s’appeler dans la minute » , a cependant affirmé Peskov à ce sujet.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :