Un nouveau médicament à base de venin de scorpion pourrait inverser les dommages causés par l’alcool chez les bébés

Les scorpions, qui possèdent huit pattes et un dard venimeux, peuvent être très dangereux pour l’homme.

Mais des chercheurs ont récemment découvert qu’ils pourraient également être la clé du traitement des problèmes de développement des enfants dont la mère a bu de l’alcool pendant la grossesse.

En effet, une nouvelle étude a révélé qu’un nouveau médicament fabriqué à partir du venin de scorpion était capable d’inverser les déficits moteurs chez les souris atteintes de l’ensemble des troubles causés par l’alcoolisation fœtale (ETCAF).

Ces derniers sont causés par la consommation d’alcool des mères enceintes et se caractérisent par des difficultés d’apprentissage, entraînant des déficits cognitifs, intellectuels et moteurs.

Chez l’homme, 119 000 enfants naissent chaque année dans le monde avec cette pathologie.

Le manque de développement des capacités motrices, en particulier, est l’un des premiers signes d’un problème remarqué par les parents et les soignants.

La recherche a été menée par une équipe de l’hôpital national pour enfants, dirigée par Kazue Hashimoto-Torii, docteur en médecine, qui est le chercheur principal du Centre de recherche en neurosciences et qui étudie ce sujet depuis des années dans le cadre d’une série d’études.

Son équipe a pu mettre en évidence les changements moléculaires responsables des retards de développement en se concentrant sur les fœtus de souris en gestation qui ont été exposés à l’alcool aux jours 16 et 17 de leur vie embryonnaire.

Comme l’explique le communiqué de presse, c’est à ce moment-là que les cellules cérébrales se développent principalement dans le cortex supérieur, la partie du cerveau responsable des capacités motrices.

Lors de deux examens effectués 30 jours après la naissance, ces bébés souris présentaient de fortes déficiences au niveau de la motricité des gros et des petits muscles.

En recherchant les différences au niveau moléculaire, les scientifiques ont pu déterminer que l’exposition du fœtus à l’alcool avait activé un processus connu sous le nom de « choc thermique ».

Il permet aux cellules de produire des protéines protectrices, mais de manière aléatoire dans certaines cellules plutôt que de manière cohérente dans toutes les cellules.

Un médicament à base de venin de scorpion
Les chercheurs ont suivi les neurones plongeurs avec précision, repérant des différences dans 93 gènes.

L’un d’eux, connu sous le nom de Kcnn2, était clairement surexprimé dans les cellules qui produisaient des protéines dites de « choc thermique ».

Ce gène est responsable du fonctionnement du canal potassique, lui-même activé par le calcium et associé à l’apprentissage et à la mémoire.

Pour remédier à cela, les scientifiques ont testé le Tamapin, un médicament qui bloque ce canal.

Il est dérivé du venin de scorpions rouges indiens. Le médicament a permis de ramener à la normale les schémas des cellules.

De leur côté, les bébés souris ont également montré une nette amélioration de leur motricité musculaire.

Pour voir comment ce médicament peut aider les bébés humains, Hashimoto-Torii et ses collègues ont créé une société de biotechnologie.

« Habituellement, les chercheurs qui cherchent les mécanismes moléculaires à l’origine des maladies s’arrêtent là, mais nous voulons aller de l’avant pour avoir un réel impact sur la santé publique.

Nous voulons vraiment donner aux patients l’espoir d’avoir une vie meilleure en traitant les problèmes neurodéveloppementaux causés par l’ETCAF » a-t-elle déclaré.

Génial, n’est-ce pas ?

 

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :