Rappel Conso : Une alerte sanitaire lancée sur l’un des produits stars de l’apéro en été.

Rappel Conso a une nouvelle fois lancé une alerte. Les terrines de poisson Guyader, produit phare de la saison, ont été rappelées par l’organisme public en raison d’un défaut d’emballage, ce qui pourrait présenter un risque pour la santé des consommateurs.

L’heure de l’apéro est un rituel, l’occasion de siroter un bon cocktail et de profiter des produits de saison qui garnissent la table du camping !
En été, on ne rate jamais une bonne occasion de se faire plaisir. Cependant, certaines de nos gourmandises de saison pourraient être néfastes pour notre santé.

Rappel Conso apéro

Après le scandale des glaces Häagen-Dazs, les terrines de poisson Guyader sont à éviter. Rappel Conso tire la sonnette d’alarme après avoir constaté un défaut d’emballage qui pourrait être dangereux pour la santé des consommateurs.

Les produits stars de l’été dans la ligne de mire de Rappel Conso

Décidément, les gourmets ne s’amusent pas cet été. Les produits saisonniers sont dans la ligne de mire de Rappel Conso, qui enchaîne les alertes depuis le début de l’été.

Après le scandale de la glace à la vanille Häagen-Dazs, qui contiendrait un pesticide cancérigène, la marque Adélie distribuée par Intermarché a également été rappelée par l’organisme de santé. Cette fois, le dessert estival par excellence est victime d’un défaut de fabrication.

Des échardes et des morceaux de bois provenant des bâtons seraient glissés dans la glace, ce qui pourrait avoir de graves conséquences sur la santé des gourmands.

Et ce n’est pas tout ! L’une des stars de l’apéritif a également fait l’objet d’un rappel le jeudi 20 juillet 2022. Il s’agit de chips de maïs vendues chez Cora, Match, Houra et Migros.

Des traces d’alcaloïdes tropaniques ont été détectées dans la farine de maïs, ce qui signifie que ces chips seront bannies de nos paniers de pique-nique.

Rappel de terrines de poisson par Rappel Conso

Depuis la sombre affaire Buitoni, qui a gravement impacté la santé d’une dizaine d’enfants, les scandales alimentaires se succèdent. De quoi nous alerter, en tant que consommateurs, sur la nécessité d’être vigilants.

Après le riz et les glaces, c’est au tour des terrines de poisson de Guyader d’être rappelées. Après avoir constaté un défaut d’emballage ce jeudi 22 juillet 2022, Rappel Conso a lancé une alerte sur les références suivantes :

– Code produit : 3 276 770 010 014, lot : 022192, date limite de consommation : 24 octobre 2022.

– Code produit : 32 776 770 010 007, lot : 022191, date limite d’utilisation : 24 octobre 2022

– Code produit : 32 776 770 010 021, lot : 022191, date limite d’utilisation : 24 octobre 2022

– Code produit : 327 767 700 100 113, lot : 022192, à utiliser avant le : 4 octobre 2022

– Code produit : 327 767 702 500 380, lot : 022193, à utiliser avant le : 25 octobre 2022 25 octobre 2022

Disponibles chez Galec et Metro, ces terrines apéritives, qui comportent un risque d’intoxication en raison de leur étanchéité, ne doivent pas être consommées.

Il est recommandé de les rapporter en magasin pour se faire rembourser jusqu’au 25 octobre 2022, ou de les détruire. Attention aux délices de l’apéritif, certains pourraient avoir votre peau !

Madagascar : le pesticide détecté dans la glace à la vanille Häagen-Dazs est interdit sur l’île

La détection d’un pesticide dans les glaces à la vanille Häagen-Dazs a entraîné un rappel massif des produits en vente en France. La vanille en question proviendrait de Madagascar.

Un pesticide cancérigène détecté

Le groupe américain General Mills, propriétaire de la célèbre marque de glaces Häagen-Dazs, a ordonné le retrait du marché de quatre lots de glaces à la vanille en France métropolitaine après la détection d’un pesticide cancérigène.

La production de ces bonbons à la vanille est assurée par une usine Häagen-Dazs du Pas-de-Calais et la présence d’oxyde d’éthylène dans les glaces à la vanille a été découverte lors d’un contrôle.

Rappel Conso

Réaction d’un ministre malgache

Les résultats des analyses ont révélé la présence du pesticide dans la vanille, qui proviendrait de Madagascar.

De son côté, le ministre malgache de l’Agriculture et de l’Élevage, Harifidy Ramilison, a réagi à cette révélation en indiquant qu’il est impossible qu’il s’agisse de vanille malgache puisque l’oxyde d’éthylène (ETO) est un pesticide interdit d’utilisation dans la Grande île, rapporte 2424.mg.

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :