Accusé de violences sexuelles, Taha Bouhafs sort du silence

Depuis le retrait de sa candidature aux législatives suite à des accusations d’agressions sexuelles, Taha Bouhafs est resté silencieux.

Aujourd’hui, et après plusieurs semaines de silence, il prend la parole.

Dans son communiqué, le journaliste et militant dénonce le comportement de La France Insoumise et plus particulièrement de Clémentine Autain.

Cela fait deux mois que Taha Bouhafs ne fait plus parler de lui. Le journaliste initialement candidat Nupes est revenu sur le devant de la scène ces dernières heures.

Il a publié un communiqué sur ses réseaux sociaux.

Pour rappel, le militant a été écarté de l’union de la gauche pour des avertissements d’abus sexuels.

Il a laissé son procès médiatique se faire et donne désormais sa version de l’histoire.

Déjà, les critiques ne se tournent pas vers les personnalités opposés politiquement à lui.

Elles sont plutôt destinées à sa propre famille politique.

En effet, Taha Bouhafs met en cause Clémentine Autain et le Comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles de La France Insoumise.

Lundi 9 mai dernier, Clémentine Autain m’a annoncé, dans un café près du siège du mouvement, que la décision avait été prise de me désinvestir de ma candidature aux législatives.

« Tu payes peut-être aussi pour les autres »

Initialement, Taha Bouhafs apprenait qu’une accusation pour abus sexuelles s’ébruitait à son encontre.

Le journaliste, abasourdi, demandait alors une confrontation avec l’accusatrice.

Lors de son entrevue avec la députée de la 11ème circonscription de Seine-Saint-Denis, Taha Bouhafs reste finalement sans réponse.

Par la suite, Clémentine Autain, l’une de ses collègues au sein de La France Insoumise, lui aurait demandé de faire un communiqué pour dire qu’il retirait sa candidature à cause des attaques racistes.

Selon les propos de Taha Bouhafs, la membre de La France Insoumise se serait même montrée menaçante : « Si tu refuses, c’est nous qui serons obligés de communiquer publiquement contre toi, ce n’est pas dans ton intérêt ».

Sur BFM TV, le 15 mai dernier, Clémentine Autain abordait le sujet de Taha Bouhafs en déclarant que jamais, leur famille politique n’avait eu « la volonté politique de protéger Taha Bouhafs ».

Deux mois plus tard, le témoignage de Taha Bouhafs diffère forcément, puisque pour la première fois, il donne sa version des faits.

Nul doute que nous n’avons pas fini d’entendre parler de cette affaire…

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :