Covid-19 : l’Etat Français sérieusement dans l’embarras…

Ce mardi 28 juin, l’Etat français a été mis en cause par le tribunal administratif de Paris pour des manquements dans la gestion de la pandémie de Covid-19.

On vous donne tous les détails dans la suite de cet article.

Gestion de la pandémie de Covid-19 : l’Etat français fautif

Dans une décision publiée ce mardi 28 juin, le tribunal administratif a estimé que l’Etat français avait commis certaines fautes dans la gestion de la pandémie de Covid-19, notamment en ne maintenant pas un stock suffisant de masques à disposition.

« L’Etat a commis une faute en s’abstenant de constituer un stock suffisant de masques permettant de lutter contre une pandémie liée à un agent respiratoire hautement pathogène », peut-on lire dans cette décision.

La justice a par ailleurs pointé du doigt certaines déclarations gouvernementales qui se voulaient contradictoires avec les recommandations scientifiques selon lesquelles « il n’était pas utile, pour la population générale, de porter un masque ».

Alors que plusieurs plaignants contaminés au Covid-19 avaient engagé un recours en justice, le tribunal a néanmoins refusé de reconnaître la responsabilité de l’Etat.

Selon la cour, les contaminations de ces personnes ne présentaient pas un vrai lien de causalité avec les manquements constatés.

Les demandes d’indemnisation réclamées par les plaignants ont donc été rejetées.

Nouvelle vague en France

Si l’Etat français vient d’être reconnu coupable par le tribunal administratif, il doit également faire face à une très forte hausse des contaminations liées au Covid-19.

Ces derniers jours, plus de 150.000 cas ont été recensés et tous les voyants sont au rouge. Face à ces chiffres particulièrement inquiétants, le gouvernement pourrait d’ailleurs envisager la mise en place de nouvelles mesures, notamment le retour du port du masque obligatoire dans les transports.

Une chose est sûre : nous en saurons plus dans les prochains jours.

 

Source
Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :