Pouvoir d’achat : un chèque alimentaire versé à 9 millions de ménages à la rentrée ?

 

L’une des mesures phare en faveur du pouvoir d’achat se dévoile enfin. Le chèque alimentaire, censé donner un peu d’air aux plus fragiles,

 

étranglés par l’inflation, qui est prévue à 5,5 % sur l’année, devrait bénéficier à 9 millions de foyers, comme l’ont dévoilé Les Échos
ce lundi, une information confirmée par des sources gouvernementales. Le projet prévoit une aide de 100 euros, à laquelle s’ajouteront 50 euros supplémentaires par enfant. L’argent devrait être versé au début du mois de septembre directement sur les comptes bancaires des ménages concernés : les allocataires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation adultes handicapés (AAH), du minimum vieillesse (Aspa) ou de l’aide personnalisée au logement (APL). Ce dispositif, qui coûtera environ 1 milliard d’euros à l’État, ne figurera pas dans le projet de loi sur le pouvoir d’achat, qui doit être présenté le 6 juillet en Conseil des ministres. Il sera mis en place par décret et les crédits nécessaires seront débloqués via le projet de loi de finances rectificative en préparation. « Il s’agit d’une piste envisagée, mais rien n’est encore figé », tempère une source gouvernementale. La mesure va en effet faire l’objet de larges discussions à l’Assemblée nationale, où le gouvernement n’a qu’une majorité relative. Dès ce mardi, la Première ministre, Élisabeth Borne, recevra les chefs de file des groupes d’opposition à l’Assemblée nationale pour « mener les concertations ». Ella a déjà reçu, ce lundi, les patrons des groupes de la majorité. Une « aide au mieux manger » aussi en projet

 

« Nous ne pouvons que saluer cette initiative, mais elle ne suffira pas, prévient Marie-Andrée Blanc, présidente de l’Union nationale des associations familiales (Unaf). Il faut réfléchir à un dispositif sur le long terme et plus costaud. Une famille avec deux enfants perd en moyenne 220 euros de pouvoir d’achat par mois avec l’inflation actuelle ! 100 euros plus 50 euros par enfant, une fois dans l’année, ça ne pèse pas lourd… » Le gouvernement avait déjà versé une aide exceptionnelle similaire pendant l’épidémie de Covid, en mai et novembre 2020, à 4,1 millions de foyers. Elle avait été délivrée aux allocataires du RSA ou aux chômeurs en fin de droits. Elle s’établissait à 150 euros par foyer, plus 100 euros par enfant à charge. Les familles touchant juste des APL avaient aussi eu droit à 100 euros par enfant. À plus long terme, l’exécutif planche sur une « aide au mieux manger », qui doit permettre aux Français d’acheter plus facilement des produits alimentaires de qualité, bio et en circuit court.

 

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :