Les piscines municipales peuvent-elles vraiment s’équiper de détecteur de pipi?

 

À Vigo, en Galice, dans le nord est de l’Espagne, uriner sur la plage ou dans la mer peut vous coûter 750 euros. La municipalité n’a pas indiqué comment elle comptait faire pour repérer les baigneurs qui se soulageraient dans la mer, mais un lecteur a sa petite idée, proposant d’utiliser « le même procédé chimique que dans les piscines ». Sauf qu’il n’existe pas forcément…

 

Combien de litres d’urine contient en moyenne une piscine ?

Une piscine contient en moyenne 30 à 75 litres d’urine, si l’on en croit une étude de chercheurs de l’université d’Alberta publiée dans la revue Environmental Science and Technology Letters. Sachant qu’on urine entre 100 et 300 millilitres environ, cela fait quand même pas mal de monde à se soulager dans la piscine. Mais au final, ce chiffre correspond environ à 0,01 % du volume global des bassins et l’eau est traitée notamment au chlore pour limiter le développement de bactéries.

C’est vrai que dans certaines piscines il y a un produit pour rendre visible l’urine ?

Existe-t-il un produit qui rende l’urine colorée, indiquant le fautif ? Oui, un produit réactif à l’urée (plus particulièrement à l’ammoniac) existe bien. Mais il n’est utilisé que pour des tests de qualité de l’eau, hors des bassins ! Même si la loi ne l’interdit pas sur le principe, aucune piscine n’a jamais utilisé un tel principe. L’histoire de la couleur qui poursuit le fautif est donc une légende urbaine, ce qui n’empêche pas de ne pas uriner dans l’eau par égard pour les autres !

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :