Faire pipi dans la mer peut coûter 750 € d’amende.

 

La station balnéaire de Vigo, dans le nord-ouest de l’Espagne, vient de renforcer son dispositif contre les incivilités sur ses plages. La municipalité prévoit notamment de sanctionner les vacanciers qui urineraient sur le sable ou dans la mer d’une amende salée de 750 €.

 

La station balnéaire de Vigo, dans le nord-ouest de l’Espagne, sur la côte Atlantique, a décidé de durcir le règlement de ses plages municipales, ce 15 juin 2022. Il est désormais interdit d’uriner dans la mer ou sur le sable, sous peine d’une amende de 750 €, rapporte notamment la chaîne de télévision locale Antena 3. La Ville estime que cette pratique, en apparence anodine, constitue une nuisance et une infraction aux règles d’hygiène les plus élémentaires, ainsi qu’un manque flagrant de civisme et de savoir-vivre.

La mairie « n’a pas réellement précisé comment elle comptait faire pour repérer les baigneurs qui se soulageraient dans la mer et pour faire appliquer cette nouvelle règle », relate le quotidien britannique The Independent . Mais la municipalité a cependant communiqué le montant plutôt salé de l’amende sanctionnant cette infraction, vraisemblablement pour décourager par avance les potentiels resquilleurs.

 

En contrepartie, Vigo devrait déployer plus de moyens pour le confort et l’hygiène des estivants, avec « l’installation de toilettes publiques accessibles pendant la saison touristique, là où il n’y en a pas de façon permanente », souligne la chaîne espagnole Antena 3. L’objectif étant aussi de faire changer les comportements et d’éduquer les vacanciers…

Lire aussi : Face aux incivilités, cette ville va tester les détecteurs d’urine dans ses ascenseurs publics

D’autres restrictions prévues

Cette règle inédite fait partie d’une batterie de nouvelles restrictions instaurées par la ville de Vigo pour préserver la propreté en bord de mer. Il est également interdit d’utiliser du savon sous les douches des plages, de laisser des déchets sur le sable ou d’y faire des grillades.

Autre serrage de vis annoncé : une amende contre l’accaparement intempestif des transats à la plage. « Les touristes qui auraient l’idée de déposer leur serviette sur une chaise longue pour la « réserver » s’exposent à une amende de 30 € », soulignent nos confrères de 20 minutes

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :