Jamel Debbouze met un vent au gouvernement Macron !

Et si Jamel Debbouze avait fait partie du gouvernement Macron ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, le compagnon de Mélissa Theuriau aurait refusé un poste important.

Il vient d’achever, avec brio, son 10e Marrakech du Rire. Depuis dix ans, Jamel Debbouze réunit le gratin de l’humour dans la ville marocaine pour offrir plusieurs jours de spectacles. Sportifs, acteurs, et même stars de la chanson, répondent à l’appel et passent des soirées mémorables. Il s’agit d’un moment important pour tous les humoristes, qui permet à ces derniers d’être mis en lumière et se faire connaître par le grand public.

Mais le compagnon de Mélissa Theuriau n’envoie pas seulement ses petits protégés sur scène. En effet, depuis dix ans, ils demandent aussi aux « cadors » du milieu de venir donner des conseils aux plus jeunes et venir faire rire les spectateurs. Camille Lellouche, par exemple, malgré son ventre arrondi par la grossesse , a fait le déplacement jusqu’à Marrakech pour venir prêter main-forte à Jamel Debbouze comme en atteste leur cliché complice posté sur leurs réseaux sociaux.

Jamel à l’Elysée ou l’Assemblée Nationale ?

 

En revanche, pas de député ou de ministre au MDR 2022. Pourtant, si le compagnon de Mélissa Theuriau avait accepté une récente proposition, cela aurait bien pu se produire. En effet, l’humoriste aurait eu droit à une proposition pour rejoindre le gouvernement d’Emmanuel Macron comme il le révélait dans une interview accordée au Journal du Dimanche en juillet 2018. « J’ai décliné un poste de secrétaire d’État », révélait-il dans les colonnes de nos confrères. Toutefois, le pote de Ramzy Bedia n’a pas souhaité donner plus d’informations.

« Si je vous en dis plus, on ne retiendra que ça. Je fais le boulot des ministères de la Culture, de la Jeunesse et du Travail avec le Jamel Comedy Club », avançait Jamel Debbouze pour justifier qu’un poste au gouvernement ne lui servirait à rien. Mais un an auparavant, il avait déjà décliné une offre similaire. « Ce n’est évidemment pas mon métier, parce que je m’y ennuierais à mourir, parce que c’est là où je serais le moins efficace, le plus figé et le plus critiqué », expliquait-il.

 

Source:
crédit photo: capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :