une plage désinfectée à l’eau de javel fait l’objet d’une polémique….

La commune de Zahara de los Atunes, située en Andalousie, a pris une drôle de décision afin de s’assurer que sa longue plage de sable soit sécuritaire pour que les enfants puissent y jouer.

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Après y avoir épandu une solution à base d’eau de javel, une mesure qui a choqué les associations environnementales, la Ville a reconnu son erreur.

La semaine dernière, trois tracteurs se sont chargés de désinfecter les plages de la petite commune de 2 000 habitants, qui en compte 10 fois plus en haute saison.

Ils ont épandu 1 000 litres d’une solution d’eau de javel à 2 %, indique LCI.

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

View image on Twitter

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Depuis le 26 avril, en Espagne, les enfants de moins de 14 ans ont le droit de sortir une heure par jour, accompagnés d’un adulte.

La municipalité de Zahara de los Atunes a donc cru bon de désinfecter ses plages pour « protéger les résidents du covid-19 ».

La nouvelle de la désinfection a fait réagir les associations environnementales tout comme les médias, créant une polémique.

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

María Dolores Iglesias Benítez, à la tête d’une association locale de défense de l’environnement, assure que la mesure est « complètement absurde », rapporte The Guardian.

Elle s’explique : « La plage, c’est un écosystème. Quand vous épandez de la javel dessus, vous tuez tout ce que vous rencontrez. »

Une autre inquiétude concerne les roues des tracteurs sur la plage, qui ont pu briser des œufs d’espèces migratoires qui viennent pondre sur ces mêmes plages précisément en cette période, indique Ouest-France.

« C’était une erreur », a reconnu Agustín Conejo, un élu de la Ville, à la radiotélévision locale Canal Sur.

« Mais cela a été fait avec les meilleures intentions. »

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Source : https://fr.theepochtimes.com

Crédit photo : Capture d’écran

%d blogueurs aiment cette page :