Griveaux critique LCI d’avoir donné la parole à un gilet jaune qu’il accuse de propos racistes, le même gilet jaune reçu à Matignon

Christophe Chalençon, l’une des figures des gilets jaunes dits « modérés », est accusé par Benjamin Griveaux de propos « racistes et homophobes » tenus sur Facebook.

Accusé par le porte-parole du gouvernement d’avoir posté des propos « racistes et homophobes » sur sa page Faceboook, Christophe Chalençon, l’une des figures des gilets jaunes dits « modérés », faisait pourtant partie d’une délégation reçue par le Premier ministre, ce vendredi 7 décembre à l’hôtel de Matignon.

Mais lorsque Benjamin Griveaux a reproché aux médias une forme de complaisance et un manque de transparence à l’égard de Christophe Chalençon, ce vendredi 7 décembre vers 18h30 sur LCI, savait-il qu’Edouard Philippe accueillerait le forgeron vauclusien… à peine deux heures plus tard pour écouter les revendications portés par les représentants des « gilets jaunes libres » ?

« Christophe Chalençon qui passe pour un bon forgeron sympathique [écrit] sur sa page Facebook le 18 août: ‘Il faut affréter des bétaillères et non des avions de ligne commerciaux pour la Mecque’. Si un responsable politique dit ça, il est poursuivi. Il est au tribunal », a fait remarquer Benjamin Griveaux à David Pujadas et Arlette Chabot, restant tous deux bouche bée.

Et le secrétaire d’État auprès du Premier ministre de s’en prendre aux porte-voix des Gilets jaunes qui « font de l’instrumentalisation politique, qui ont des propos ouvertement antisémites, racistes, xénophobes, homophobes ». Enfin à l’adresse des journalistes, Benjamin Griveaux a lancé : « Quand on leur tend le micro, on rappelle qu’ils ont ces propos-là ». Des propos qui n’empêchent apparemment pas d’accéder à Matignon.

 

Crédit photo : capture d’écran
%d blogueurs aiment cette page :