Des pays s’inquiètent de la sécurité de leurs ressortissants à Paris

278 interpellations à 8h40

Le nombre de personnes interpellées évolue très vite ce samedi matin, alors que des gilets jaunes sont déjà réunis notamment aux abords de l’Arc de triomphe à Paris. De 132 personnes interpellées un peu après 7 heures ce samedi, la préfecture de police indiquait une heure plus tard plus de 100 nouvelles interpellations, portant le compte à 278.

BFMTV

Opération « mairie ouverte » dans des petites communes françaises

Dans plus de 10.000 petites villes de France, des maires ont décidé d’accompagner le mouvement des gilets jaunes en organisant ce samedi une journée « mairie ouverte », à l’instar de Daniel Barbe, maire de Blasimon en Gironde, une commune de 950 habitants. Les habitants sont invités à s’y rendre et à écrire dans le cahier de doléance mis à leur disposition.

Vidéo intégrée

177 personnes interpellées

Les force de l’ordre ont déjà procédé à 177 interpellations ce samedi avant 9 heures, alors que commence la quatrième journée de mobilisation des gilets jaunes dans toute la France.

« Ne vous mêlez pas aux discussions et autres polémiques », « ne pas s’arrêter pour faire des photos ou des vidéos »: plusieurs pays européens comme l’Espagne et l’Allemagne ont conseillé la prudence à leurs ressortissants de crainte de nouvelles violences ce week-end à Paris, tandis que les Américains sont encouragés à faire « profil bas ».

Et si la plupart des capitales se bornent à des appels à ne pas s’exposer, certains États à l’instar de la République tchèque et la Belgique, incitent carrément à remettre à plus tard des visites prévues pour samedi et dimanche dans la capitale française en raison de la fronde des « gilets jaunes ».

32 personnes placées en garde à vue

Ce samedi matin, les forces de l’ordre ont déjà procédé à plusieurs interpellations: 121 personnes ont été interpellées, dont 32 ont été placées en garde à vue. Il s’agit d’une très grande majorité de jeunes provinciaux, âgés d’environ 30 ans et qui ont été arrêtés de façon préventive sur l’infraction de « groupement en vue de commettre violences et dégradations ». Dans leurs sacs, ils possédaient du matériel pouvant servir à commettre des violences (pavés, masques, fronde, marteau…. ).

Le dispositif de sécurité encadrant la manifestation des gilets jaunes a fuité sur Internet

Vendredi soir, une note dévoilant une partie du dispositif de sécurité, mis en place ce samedi, a été divulguée et partagée sur un forum Internet. Toutefois, les informations contenues dans ce document restent minimes, a réagi la préfecture de police, et ne concernent qu’une petite partie du dispositif.

La fuite divulgue des informations sur les équipes les plus légères et les plus mobiles, qui ont vocation à rayonner rapidement sur l’ensemble du territoire. Il a été tenu compte, dans le déploiement du dispositif de sécurité, du fait que ce document a été partagé sur Internet, a fait savoir la préfecture de police, soulignant que cette fuite est néanmoins « inacceptable ».

Le Procureur de la République a été saisi. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris et confiée à la BEFTI (brigade d’enquête sur les fraudes aux technologies de l’information) afin d’identifier l’origine de cette divulgation,  a indiqué une source judiciaire à BFM.

12 blindés de gendarmerie déployés à Paris

Edouard Philippe a confirmé jeudi soir le déploiement de 12 véhicules blindés à roues de la gendarmerie pour assurer la sécurité des manifestants et des forces de l’ordre à Paris. Ces véhicules, très rarement employés pour des manifestations, pourraient être utilisés pour dégager les axes dans la capitale si les manifestants violents venaient à ériger des barricades.

Crées en 1974, ils ont été utilisés pour l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en avril 2018.

Capture.PNG

 

8000 policiers pour sécuriser 14 zones à risques samedi à Paris

C’est un dispositif de sécurité exceptionnel qui se déploie dans la capitale ce samedi. Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, 89.000 policiers vont être mobilisés dans toute la France. Ils seront plus de 8.000 dans la capitale, contre 4.600 samedi dernier lors de « l’acte 3 » de la mobilisation.

Fait rarissime, le Premier ministre a annoncé jeudi soir le déploiement de douze véhicules blindés de la gendarmerie, des « VBRG », dans les rues de Paris, pour maintenir l’ordre face notamment à des groupuscules d’extrême gauche et d’extrême droite déterminés à en découdre. Du jamais vu depuis l’évacuation de Notre-Dames-des-Landes en avril dernier.

Paris se barricade

Nombreux sont les commerçants qui ont décidé de fermer boutique, ce samedi. Sur les Champs-Elysées notamment, et à ses abords, ils répondent à une injonction de la préfecture de police, les exhortant à protéger leurs devantures.

Sur les grandes places emblématiques parisiennes, les restaurateurs rangent leurs terrasses et des panneaux de bois sont placardés sur les vitrines pour limiter la casse. De nombreux établissements culturels ont aussi pris les devants: le Louvre, la Tour Eiffel mais aussi le Grand Palais et les musées de la Ville de Paris n’ouvriront pas au public. Des théâtres ont aussi annulé leurs représentations comme le théâtre du Rond-Point, le théâtre Marigny ou encore le théâtre des Champs-Elysées.

De nombreux événements sont également annulés ou reportés, du match PSG-Montpellier au Noël des animaux de la SPA en passant par le festival de musiques électroniques Inasound. Le Téléthon est quant à lui rapatrié dans les studios de France Télévisions.

Vidéo intégrée

%d blogueurs aiment cette page :